J’ai épousé mon boulot

7.99 18.90 

Le destin d’une femme est de se marier et d’avoir des enfants. Il est impératif qu’elle trouve l’homme de sa vie. Quoi de plus compliqué lorsqu’arrive l’accident imprévu qui rend le destin de cette femme impossible. Comment réaliser son rêve de femme, et comment réaliser son rêve de vie ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait 1 : page 15 chapitre MARC

Or donc, ces intermèdes rigolos, ne m’avait rien appris, sinon laissé en mémoire la carte d’une île paradisiaque avec des montagnes et des rivières, des boules de billard qui en descendent, et qui ne remontent jamais. Des drôles de petits poissons qui sortent d’une lance d’arrosage et qui avec témérité remontent les cours d’eau plus facilement que les bancs de saumons canadiens. Pour moi, cela représentait le voyage inaccessible et impayable : je ne pourrais y accéder que lorsque j’aurais gagné beaucoup d’argent. J’étais mal barrée, je m’adonnais plus au sport qu’aux garçons. A mon époque, une fille qui faisait du sport, c’était plutôt ringard ! Le sport m’avait aidée à éviter quelques portes, je ne savais pas ce que c’était un mec et je ne m’en souciais guère. Le premier est arrivé doucement sans frapper, sans bousculer, sans casser mon monde à moi. Il venait de sa planète à lui, il y gardait un pied pour la sécurité. Marc avait du charme, il est arrivé avec un peu de romantisme et beaucoup de problèmes. A vingt ans, on ne sait pas que les autres ont beaucoup de problèmes. En supplément ; il faut y ajouter ce qu’on appelle : l’amour.

 

Extrait 2 : page 50 chapitre MICHKA

Je sais, nous étions deux idiotes sans diplômes universitaires, juste bonne à faire des bébés, si nécessaires, et à jouer les femmes de ménage. Après le nettoyage, papy et mammy, assis devant un programme télévisé de la BBC, nous nous échappions toutes les deux dans des promenades sur la digue avec le chien. Même lui nous trouvait drôles, c’est le seul moment où je le voyais frétiller de la queue, et ne pas ressembler à une serpillère poilue. A notre retour, rien n’avait bougé.

Six mois plus tard j’avais un accident de voiture. Ma mère m’avait prévenue : il y a les hommes et il y a les portes vitrées. A cet âge, on a plutôt tendance à rencontrer l’homme de sa vie, je rencontrai un pare-brise qui me laissa veuve des hommes pendant quelques années.

 Défigurée, je m’inscrivais au comptoir des gueules-cassées. Je restais à la maison avec le chat, fidèle compagnon de toutes mes misères. Ses ronronnements me faisaient plus de bien que tous ceux qui m’entouraient. Ce n’était simple pour personne.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “J’ai épousé mon boulot”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : France Mandelo

Née en 1962, l’auteure a grandi et étudié à Bruxelles. Elle parle plusieurs langues étrangères dont l’anglais, le néerlandais et l’espagnol ; et est diplômée en Tourisme. En 1987, à 24 ans, elle est victime d’un très grave accident de voiture qui va modifier le cours de sa vie. Son métier lui a permis de partir à la découverte du monde en visitant plus de 140 pays. Elle a pu ainsi mener une vie simple, mais riche en découvertes culturelles et humaines.