H. Miller, un génie à Paris

6.99 13.90 

« Le théâtre ! Je voyais là le moyen de réaliser mes rêves. L’Art, pensais-je, me ferait une vie à côté de la vie ; une existence aussi belle, aussi grande que l’autre est mesquine et basse. »

Ces quelques mots d’Alexandra David Neel résument avec acuité ce qui apparut au personnage féminin de ce livre, alors adolescente, comme la voie à suivre pour échapper à une existence bourgeoise d’un convenu et d’une banalité tragiques. Une vie ne lui suffisait pas et surtout pas celle-là ! Il lui en fallait d’autres. Plein d’autres. Et quoi de mieux que le théâtre pouvait les lui offrir ? Elle serait tour à tour la Julie de Strindberg, Hermione, Phèdre, La Marquise Cibo, Antigone. Elle serait toutes les femmes à la fois. « Ni tout à fait la même. Ni tout à fait une autre » comme l’écrivit Verlaine, son poète préféré.

Le but de ce livre est avant tout de donner envie à ceux et celles qui connaissent l’œuvre d’Henry Miller le révolté, le visionnaire, l’amoureux passionné de la vie, de le relire et à ceux qui n’ont pas eu cette chance, de le découvrir.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “H. Miller, un génie à Paris”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Dominique Delpierre

Après quatre ans passés à Cambridge et un an à Madrid pour devenir interprète, Dominique Delpierre s’installe à Paris et choisit de devenir comédienne. Au sortir du Centre d’Art Dramatique de la rue Blanche, elle tourne avec différents réalisateurs et metteurs en scène de cinéma, tels Philippe de Broca, Edouard Molinaro, Pierre Granier-Deferre et Joe Strick grâce à qui elle fera la connaissance d’Henry Miller avec lequel elle entretiendra une longue correspondance et qui préfacera Le goût de l’Écorce son premier roman publié chez Julliard. Le second : Les Fleurs parfois sont carnivores sera édité chez Flammarion et elle participera en tant que co-scénariste et dialoguiste au premier film de Gilles Béhat présenté à Cannes dans le cadre du Festival. L’Enfer inspiré du film japonais L’Empire des sens sera édité chez Dualpha et Coluche, cet ami-là, chez Michel Lafont. Les morsures du temps verront le jour aux Éditions Déméter.