Greffière de l’après

(2 avis client)

9.99 19.90 

« Il faut le dire, il faut le savoir, il faut le transmettre, Adélaïde, le mort ne meurt pas, nous sommes vivants ».
Ce sont aussi ces mots qui se tracent sur sa feuille, lorsque la sourde et douloureuse étreinte s’impose dans une de ses mains.
Adélaïde est pourtant bien ancrée dans sa vie, tant personnelle avec ses aléas, que professionnelle. Elle est passionnée par son métier de greffière. Elle a prêté serment. Par ce qu’elle transcrit lors des débats, sa note d’audience fait foi. Avant et après l’audience, elle est encore l’intermédiaire entre le justiciable et les juges.
Est-ce pour cela qu’elle est un petit intermédiaire entre les vivants et les morts ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait 

Plongée dans ses questionnements, Adélaïde retrouve sa place encore ensoleillée et son livre, mais la concentration n’y est plus et c’est maintenant le travail qui resurgit. Elle repense à ces parents qui n’ont pas compris le placement de leur fillette de six ans, après le signalement de l’institutrice qui avait constaté qu’après le déjeuner, l’enfant ne parvenait plus à s’asseoir. Et Myriam expliqua que sa maman l’avait punie en lui brûlant les fesses avec les pics à brochettes, parce qu’elle refusait de finir son assiette. Que parfois aussi, son corps était frotté avec du piment pour la punir.

 

« Il faut que je me libère de toutes ces souffrances », se dit Adélaïde, avant que la sonnerie du téléphone ne la sorte de ses réflexions. Long échange chaleureux avec son frère Théo et Méry sa belle-sœur, qui se conclut par un déjeuner fixé au dimanche suivant.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

2 avis pour Greffière de l’après

  1. Gerard

    Un livre qui ne peut laisser indifférent. À lire absolument

  2. Didier

    amis lecteurs, lisez ce livre !
    waouh ..

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Annick Docquier

Annick Docquier est née en 1949, en région parisienne. Après y avoir vécu, ses pas l’ont menée dans l’Oise, l’Auvergne et la Vendée.
Passionnée par ses différentes professions, et principalement celui de greffière, elle s’engage dans une retraite active.
Elle pratique une technique énergétique nommée « les massages métamorphiques » et crée son autoentreprise, écrit un récit de l’histoire familiale à l’issue de ses recherches généalogiques, s’implique dans les conseils syndicaux de copropriétés. La peinture à l’huile est aussi sa passion depuis de nombreuses années.
Aujourd’hui, toujours heureuse grand-mère, elle exauce ce qui lui est demandé de longue date, en écrivant « Greffière de l’après ».