Au grand bal des squelettes

(1 avis client)

9.99 21.90 

Ce roman fait partie de la saga de Cairnbihan. C’est ce que les Anglo-Saxons appellent un spin-off : en effet, l’action se situe chronologiquement parlant entre « Moi, mon âme est fêlée… » et « Envole-toi, gerfaut ! ». On y retrouve donc des personnages connus et auxquels on a eu tout loisir de s’attacher dans les deux romans précédents, notamment François Dupré, promu major, et envoyé dans le Périgord pour mener à bien une enquête qui le conduira, lui et ses nouveaux collègues, dans la cité des Doges ! On retrouvera aussi Buster, le sympathique terrier irlandais au fort caractère, et l’ombre de Loris, toujours enfermé dans son hôpital-prison, sans oublier PSG, toujours aussi râleur…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Auteur

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

1 avis pour Au grand bal des squelettes

  1. Sébastien

    Un troisième roman dans la continuité des deux premiers, tout simplement splendide.
    Tout est parfaitement maîtrisé, un plaisir pour le lecteur amateur que je suis.
    Les personnages sont formidables et attachants, l’intrigue haletante nous transporte et le suspens est électrique.
    Ce troisième volet fait littéralement voyager le lecteur et peu d’ouvrages peuvent se targuer d’un tel exploit.
    Je conseille évidemment.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Gérard Cadet

Ce troisième et dernier volume des Mon Molière a été conçu et réalisé sous le règne d’une fée Carabosse : « Un mal qui répand la terreur… La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)… » Oui, la peste ou le choléra : il faut choisir, dit-on ! La grippe espagnole ou la Première Guerre mondiale : pas de choix, la confrontation successive… Le sida et son VIH… et tous les tabous, et toutes les horreurs vécues, mais aussi celles dites sous la couverture de la fatalité, de la punition divine ou morale, monstrueusement insinuante… Et puis, la covid-19… Et nous sommes en plein dedans, et nous la subissons, et nous espérons la vaincre, mais à quel prix ! Molière, où es-tu, mon bon Jean-Baptiste ?… Toi qui t’es battu toute ta vie et toute ta mort, au milieu de tes proches et des Diafoirus, des Purgon, des Fleurant, dans un tourbillon de danse macabre ! Relisez bien Molière… Vous verrez que, même dans ses pièces les plus drôles, le spectre de la Grande Faucheuse est toujours là, souriant, grimaçant… Et dans les deux pièces de Gérard Cadet, qui accompagnent les confessions de Jean-Baptiste, qu’elles soient de la farce ou de la tragédie, le même spectre erre…