GALIMATIAS – Histoires françaises en 2020

8.99 17.90 

La France se désagrège, elle part en lambeaux, elle est en voie de délabrement.
L’année 2020, objet de ce livre, met en lumière l’incapacité de la France à assumer son passé et à assurer son avenir.
Elle balbutie une politique d’hésitation et de renoncement. Les effets de la COVID-19 s’atténueront avec le temps, comme les anciennes pandémies.
L’incompétence, les mensonges et les balbutiements répétés de nos gouvernants s’oublieront, comme toujours.
Il en va tout différemment de l’établissement massif de l’islam en France, religion au credo incompatible avec une République se réclamant de la laïcité. La violence se répand inexorablement. Y a-t-il des remèdes à cette décadence ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

En 2016, le gouvernement a créé la Fondation pour l’islam de France, mais, en raison de la loi de 1905, celle-ci ne prend en charge que des projets sociaux et culturels, à l’exclusion des questions proprement cultuelles.

Demain, une nouvelle structure permettra de relancer les principaux chantiers du culte musulman en France, la construction et l’amélioration de lieux de culte dignes là où c’est nécessaire et la formation en France des imams.

La liberté de culte, c’est aussi la liberté de le pratiquer dans des conditions dignes.

Macron dixit.

 C’était le point de vue de Macron !

Ce n’est pas le mien !

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “GALIMATIAS – Histoires françaises en 2020”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Daniel Cassier

Daniel Cassier naît en 1936 à Bagnolet. Son père étant fait prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne. Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet.

Il obtient le certificat d’études primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il deviendra chef de bureau d’études. 1956, c’est le service militaire, 27 mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958, à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Fin 1958, retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir.

À cinquante ans, il s’investit dans le syndicalisme actif, licencié à cinquante-six ans, il poursuit dans le syndicalisme judiciaire.

À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé. Il se lance alors dans l’écriture. Il devient un observateur du temps qui passe. Son dixième livre traite des amours enfantines et des pouvoirs qui en découlent.