Gaëlle – L’accident – Tome IV

9.99 20.90 

Gaëlle fait une chute de cheval dont elle ne comprend d’abord pas ce qui en a résulté, alors qu’elle ressent de vives douleurs abdominales. Il faudra la réapparition de ses règles pour qu’elle en saisisse enfin la douloureuse conséquence : l’enfant qu’elle avait conçu, elle ne l’a plus. Le choc est terrible, au point de lui faire perdre l’usage de la parole et de l’amener à se replier totalement sur elle-même. C’est grâce à la sollicitude de ses amis qui, sans relâche, l’entourent de soins vigilants qu’elle revient petit à petit à une vie normale, sans pour autant retrouver sa voix. C’est un nouveau choc qui va constituer l’élément déclenchant : l’aîné des enfants de Danièle venu prendre chez Isabelle sa troisième leçon de musique, en présence de Gaëlle qui lui prête une oreille attentive, commet une petite erreur qui, aussi minime soit-elle, fait pousser à celle-ci un cri déchirant : « non ! » Le cri de sa révolte, enfin exprimée, contre le malheur qui l’a frappée.

Effacer
UGS : ND Catégorie : Brand:

Description

C’est le feu aux joues, à présent, pour Isabelle. À cause de ce qu’elle se prépare à faire. D’un bond, elle s’est mise debout face à son visiteur qui n’a rien vu venir. Ce qu’il a devant les yeux, c’est une jeune femme entièrement nue, d’une beauté époustouflante. La robe de chambre gît à ses pieds.

L’abbé est presque aussi rouge qu’elle. Tétanisé, il ne peut détacher ses yeux du spectacle qui lui est offert. C’est bien mieux qu’un spectacle, celui d’une beauté de passage à qui serait demandé de dévoiler ses charmes en échange d’une rémunération. C’est la réalité qui lui est soudain révélée de ce qu’Isabelle a de plus intime et dont il ressent l’invisible présence au-delà de son apparence charnelle. Et c’est insoutenable.

– Gaëlle…

Malgré ses larmes, Danièle prend sur elle pour continuer de paraître sereine.

– Tu étais enceinte. Tu ne l’es plus.

L’éclair se fait dans le cerveau de Gaëlle. Un éclair fulgurant. Elle a bondi sur ses pieds. Les mains toujours dans celles de Danièle. Elle reste ainsi, figée, comme pétrifiée. Son visage est devenu tout pâle, comme si la vie s’en était retirée. Soudain, elle pousse un cri. Un instant plus tard, elle se trouve étendue sur le carrelage, évanouie. André se précipite.

– Mon Dieu, qu’ai-je fait ?

– Rien que ce que vous ne deviez faire. Il s’agit de la ranimer, à présent.

********

Le ciel s’est peu à peu couvert. Des nuages menaçants ont meublé la voûte céleste. Brusquement, le voile se déchire. Un éclair et un coup de tonnerre, au loin. De grosses gouttes de pluie se mettent à tomber. C’est l’orage.

Ils n’en ont cure. Prenons du champ, éloignons‑nous, comme sur un tapis volant. Étrange spectacle que ce couple enlacé, ce puissant animal au poil qui se lustre à mesure que l’eau ruisselle sur son pelage, et ces formes humaines aux contours incertains que les éclaboussures ont vite fait de maculer de boue…

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Gaëlle – L’accident – Tome IV”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Hector de Laind

Ce qui a inspiré à l’auteur l’envie de se lancer dans l’écriture de fictions à caractère érotique est la surprenante découverte, dans les contes « Les Mille et Une Nuits », de récits du même genre où jamais ne se relèvent des propos vulgaires venant entacher la narration, alors que c’est bien souvent le cas des ouvrages de même nature que l’on trouve dans la littérature occidentale. Le discrédit hypocritement jeté depuis deux millénaires sur cette part essentielle de l’humain qui repose sur la distinction du masculin et du féminin en est la cause : on ne salit que ce que l’on n’a pas la liberté de vivre sans que cela soit ressenti comme l’expression d’une turpitude. L’auteur pense – le lecteur jugera – avoir contribué à régénérer ce genre de littérature très particulier, comme en témoigne sans doute la réconfortante fraîcheur d’âme de ses jeunes héros. Il ne s’attribue pas la paternité du récit. Ce sont eux qui, dans l’enchaînement des rencontres, ont écrit leur propre histoire. Celle-ci n’est pas finie. L’auteur reste à l’écoute…