Envole-toi, gerfaut !

(5 avis client)

9.99 20.90 

Dans « Moi, mon âme est fêlée… », premier tome des aventures des habitants de l’île de Cairnbihan, nous avions laissé certains personnages dans une situation critique… Ce livre en est la suite. Nous allons donc recroiser en particulier PSG, le gendarme irascible qui s’est trouvé d’autres souffre-douleur, et beaucoup d’autres, ainsi que de nouveaux protagonistes dont le passé mouvementé viendra éclaircir ou assombrir les tourmentes du présent… Du rire aux larmes, de l’humour au suspense, c’est avec un regard attendri que l’auteur nous fait partager de nouvelles péripéties de ses personnages…

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Informations complémentaires

Auteur

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

5 avis pour Envole-toi, gerfaut !

  1. Briant Annie

    J’ai été enthousiasmée par cette suite de Mo, mon âme est fêlée : l’action se resserre, les retournements de situation nous prennent totalement au dépourvu et le rythme reste soutenu
    Je suis admirative d’autant d’imagination et de rigueur narrative.
    Bravo, Maître !
    Vivement le troisième volet…

  2. bargues sonia

    Enivrée… Je me suis empressée de finir votre second roman… “Envole toi, gerfaut” est un pur bonheur, totalement emportée par l’histoire, digne des meilleurs scénarios de film, je me suis abandonnée à vous lire sans limite…Bravo pour ce second roman, encore plus embarquant que le premier… Continuez Gérard Cadet, j’attends la suite impatiemment, merci pour cette belle évasion !

  3. cornacchia isabelle

    Merveilleux personnages, je me régale de chapitre en chapitre. Gérard nous transporte dans un monde où chaque personnage devient notre ami. Il me tarde d’achever “Envole-toi, Gerfaut!” pour me plonger dans “au grand bal des squelettes”, puis Molière etc… Quel bonheur, Gérard ne changez rien mais où trouvez-vous toutes cette imagination???
    Merci pour ces moments de pures détentes . Cordialement Isabelle

  4. cornacchia isabelle

    Bonjour Gérard , Que votre imagination est débordante, une histoire exaltante depuis “mon âme est fêlée”, que de rebondissements. Je suis toujours aussi agréablement enthousiaste de vous lire.
    En effet, bien que certains personnages me manquent… les nouveaux sont tout aussi attachants et les bienvenus , furtifs parfois, j’avais une certaine tendresse pour Soisic… Je m’empresse de commencer “Au grand bal des squelettes” … Merci Gérard pour ce merveilleux voyage littéraire envoûtant..
    Cordialement, Isabelle.

  5. Sébastien

    De la même envergure que le premier volet, voire plus grandiose.
    Imprévisible et renversant. On se retrouve plongé dans une histoire haletante au rythme effréné qui ne nous laisse que peu de répit.
    Le style toujours millimétré est dosé à la perfection entre l’humour et sérieux, tendresse et ressentiment, joie et tristesse.
    Un mélange parfait qui rend l’expérience de lecture très agréable.
    Il me tarde de lire la suite.
    Je conseille vivement.

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur(e) : Gérard Cadet

Ce troisième et dernier volume des Mon Molière a été conçu et réalisé sous le règne d’une fée Carabosse : « Un mal qui répand la terreur… La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)… » Oui, la peste ou le choléra : il faut choisir, dit-on ! La grippe espagnole ou la Première Guerre mondiale : pas de choix, la confrontation successive… Le sida et son VIH… et tous les tabous, et toutes les horreurs vécues, mais aussi celles dites sous la couverture de la fatalité, de la punition divine ou morale, monstrueusement insinuante… Et puis, la covid-19… Et nous sommes en plein dedans, et nous la subissons, et nous espérons la vaincre, mais à quel prix ! Molière, où es-tu, mon bon Jean-Baptiste ?… Toi qui t’es battu toute ta vie et toute ta mort, au milieu de tes proches et des Diafoirus, des Purgon, des Fleurant, dans un tourbillon de danse macabre ! Relisez bien Molière… Vous verrez que, même dans ses pièces les plus drôles, le spectre de la Grande Faucheuse est toujours là, souriant, grimaçant… Et dans les deux pièces de Gérard Cadet, qui accompagnent les confessions de Jean-Baptiste, qu’elles soient de la farce ou de la tragédie, le même spectre erre…