EL TIOT DEL CITE ARCHEVÊQUE (Fils de mineur et fier de l’être)

(3 avis client)

9.99 19.90 

Ce livre, je l’ai écrit pour mes parents, pour mes enfants, pour mes nombreux neveux et nièces, pour Patrick, mon neveu qui, comme moi, se bat avec la maladie, et surtout pour prouver au monde, si cela est encore nécessaire, que nous les enfants de mineurs, les enfants des corons, nous sommes comme tout le monde. Nous n’avons jamais été des bêtes de foire.

Les mineurs, nos pères, ont toujours été des gens simples, travailleurs, courageux, souvent disciplinés, et surtout des travailleurs acharnés, respectables, dévoués, et sachant ce que les mots « fraternité » et « respect » veulent dire. Ils ont toujours été fiers de leur métier, de leur travail. Ils savaient que le mot « ami » existait.

J’ai écrit ces lignes pour qu’une fois pour toute, on les respecte.

J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire ce livre, les souvenirs que j’y décris ne sont que des souvenirs ! J’ai essayé d’être le plus rigoureux possible dans leur récit ! Je pense que beaucoup de personnes qui le liront, se retrouveront à travers les chapitres. Je n’ai pas pu, pas osé trop raconter d’anecdotes personnelles, car il s’agissait de leur vie privée, et ce n’est pas facile. À tous mes camarades de cité, d’école, de collège, c’est un peu aussi pour vous tous que j’ai écrit ces pages, elles vont vous faire revenir plus de 65 ans en arrière. J’ai vécu avec vous tous, à cette époque, je peux vous l’assurer aujourd’hui, sans doute l’une des meilleures parties de ma vie.

 

UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Il est un souvenir tenace qui est toujours en moi, à l’instant où j’écris ces lignes : quand nous étions tous à la cave, maman m’a expliqué que pendant les bombardements, quand nous n’étions pas dans le tunnel, car il y faisait trop froid, elle avait aménagé dans les renfoncements, les niches de la cave, des petites chambres à coucher et elle y avait installé des matelas où nous dormions quelquefois. De cela, je n’ai pas de souvenirs précis, car j’étais trop jeune. J’ai cependant gardé en mémoire, je ne sais pas si c’est réellement le souvenir de faits réels ou si cela est simplement un reste des récits de mes parents, mais j’ai l’impression d’entendre encore avec force, le bruit étrange et effrayant que faisaient les avions, quand ils passaient au-dessus de chez nous.

****

L’hiver était bien installé, il faisait froid et les fontaines d’eau étaient toutes gelées dans la cité. Nous n’avions pas l’eau courante à la maison et nous faisions notre toilette dans un baquet. Mon oncle Jean-Baptiste, le frère de ma mère, commençait à aller un peu mieux ! Son séjour dans le camp de Buchenwald était encore bien présent dans sa vie de tous les jours ! Il avait beaucoup de difficultés à faire abstraction de cette période douloureuse. Il était physiquement et moralement très marqué par tout ce qu’il avait vécu en internement, par toutes les atrocités que lui avaient fait vivre les nazis, et surtout, par toutes les horreurs qu’il avait pu y voir. Il avait eu le tort d’être le distributeur du journal Liberté, d’après ce qu’ont bien voulu me raconter mes parents.

 

 

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

3 avis pour EL TIOT DEL CITE ARCHEVÊQUE (Fils de mineur et fier de l’être)

  1. DEBORT Jean Marie

    J’ai comandé le livre el tiot del cité archevêque le debut mai 2020
    Référence de la transaction 6
    N° de commande 2193130
    identfiant du commerçant 210473746350001
    depuis ce jour rien reçu je pense qu’avec le confinement cela et plus long.
    cordialemnt

  2. DEBORT Jean Marie

    Bonjours à vous de la part de Jean Claude JEANNAS me fait intervenir sur le commande de mon livre le 11 mai je n’ai rien reçu à se jour; Référence de la transaction 6 , N° de commande 2193130 , identifiant du commerçant 210473746350001
    cordialement

  3. jeannas jean claude

    Bonjour, je suis l’auteur ! Quand allez-vous enfin mettre en vente mon livre, cela fait plus d’un mois qu’il est sorti, et mes lecteurs se plaignent de ne pas pouvoir l’acheter

Ajouter un Avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Jean-Claude Jeannas

Jean Claude JEANNAS, né à Aniche (Nord) en 1944, est opticien optométriste à la retraite et déjà auteur de 14 ouvrages, tous parus aux éditions Sydney Laurent.

En 2017, il avait notamment écrit « JEAN-MICHEL ET SA DIFFÉRENCE : MON FILS, J’AI LE CŒUR QUI SAIGNE », dédié à son fils, Jean-Michel, décédé brutalement à l’âge de 53 ans.

Quelques années plus tard, c’est au tour de son petit-fils, Vincent, de quitter prématurément cette terre, et s’il a participé à l’écriture du livre qui est consacré à ce dernier, notamment à travers la préface et la postface, c’est bien son fils, Laurent, qui nous narre l’histoire d’un jeune homme parti bien trop tôt.

Laurent JEANNAS, né à Douai (Nord) en 1969, s’engage quant à lui, pour la première fois, dans l’écriture d’une œuvre qui se veut, avant tout, thérapeutique, un moyen pour lui de faire son deuil, et de continuer à faire vivre, différemment, un fils qu’il a chéri toute sa vie durant.