Droits de l’homme et esprit de défense, même combat-Nécessité d’une nouvelle donne internationale pour survivre.

9.99 18.90 

Notre planète, pour ne pas sombrer dans le totalitarisme et subir la loi des dictatures, doit vite réagir en changeant de paradigme. Mettre en place la gérance de la survie de l’humanité pour traiter les grands défis à venir -surpopulation, phénomènes migratoires, modèle économique, changements climatiques- exige une révolution rapide du schéma directeur de la gouvernance mondiale. Il est grand temps d’arrêter le jeu stupide et dangereux des conquêtes territoriales et des guerres d’influences au profit d’un objectif prioritaire : notre survie.
Cet ouvrage explique comment consolider la gouvernance démocratique de chaque pays pour arriver à ce résultat. Seule la volonté collective de l’humanité sera capable d’insuffler l’élan salutaire d’une politique mondiale, fondée sous l’égide des droits de l’homme, sur l’action coordonnée des grandes puissances, bras armé de l’ONU devenu référent mondial de ce combat pour la vie.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

L’esprit de défense international contient, telles les poupées gigognes, l’esprit de défense des Droits de l’Homme, l’esprit de défense de chaque continent via les grandes puissances, l’esprit de défense de chaque pays, l’esprit de défense de tous les droits organisant le modus vivendi des diverses pratiques : droit commercial, droit de la mer, droit de l’enfance, droit des femmes, droit des réfugiés, etc. L’ensemble de cette activité place l’individu au cœur de la vie sur terre. La règle, c’est le Droit. Le Droit dicte la conduite parce qu’il possède en lui l’ensemble des vertus tentant d’amener l’humanité à la paix, à la justice par l’égalité des traitements infligés aux uns et aux autres. Tout cela permet de bien graver, dans le marbre des Tables de la loi humaine, le fait que la mondialisation nous oblige à reconsidérer notre vision des conquêtes à venir. Celles-ci ne peuvent plus être envisagées comme des logiques de conquêtes d’États par rapport à d’autres mais au contraire comme des menaces à circonscrire de manière systématique par la négociation et le recours à un arbitrage international en cas d’échec des négociations. La logique des choses change le sens de l’Histoire, comme les changements d’orientation des vents changent notre façon de contrôler les voiles. Désormais, nous aurons l’obligation de vivre sur des logiques de participation à l’œuvre collective de reconquête de l’humanité par l’effort collectif de conservation de notre planète, merveilleuse de diversité et de richesses, mais unique à ce jour. Entre nous, cet objectif est autrement valorisant que de fourbir ses armes pour des conquêtes illusoires. La mondialisation nous la révèle fragile notre planète, par son manque de sens, justement, de cohérence et d’exigence morale conditionnant notre survie. Le monde doit afficher sa détermination à prendre son destin en main. Cette même mondialisation met en évidence via les réseaux sociaux les aberrations de bien de nos comportements, conscients ou inconscients, mais néfastes et nuisibles pour l’humanité. La disparition de bien des espèces, la déforestation, les avancées des déserts ne doivent plus être dénoncées, mais stoppées et adaptées à notre détermination à vouloir faire bouger les lignes dans le but d’assurer notre survie.

Du point de vue géopolitique, chaque problématique régionale implique des acteurs divers, aux intérêts souvent contradictoires. Seule l’ONU, armée de la nouvelle donne philosophique de l’humanité, peut pousser au dialogue constructif. Tout l’enjeu réside dans la compréhension et l’adhésion de toute l’humanité à ce changement de philosophie passant du stade conflictuel au stade de la confraternité comprise. Oui, aujourd’hui nous réalisons que nous sommes tous habitants ô combien éphémères de notre planète et tous concernés, impliqués par les conséquences de nos actes de la vie et tributaires des activités pratiquées par d’autres sur cette terre. Le trafic de l’ivoire, par des trafiquants tueurs d’éléphants, ne concerne pas forcément l’européen. Mais celui-ci doit être certain que tous les moyens seront déployés pour contraindre les trafiquants à renoncer, les pourchasser avec assiduité et les condamner lourdement. Les trafiquants ne doivent en aucun cas passer. L’arme de la détermination collective sans concession remplacera à l’avenir l’espèce de volonté molle à combattre le trafic d’où qu’il vienne, quel qu’il soit.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Droits de l’homme et esprit de défense, même combat-Nécessité d’une nouvelle donne internationale pour survivre.”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Daniel Jalu

L’auteur, tout au long de sa vie, s’est forgé une conviction. Ce livre de portée internationale s’adresse à toutes les démocraties désireuses de renforcer, d’une part l’armature de celles-ci et, d’autre part, de confier, à l’ONU, la responsabilité de conduire l’harmonisation de l’action internationale. L’avènement d’internet et sa conséquence, la mondialisation, ouvrent la porte à l’opportunité de construire un monde qui, désormais, grâce au 2.0, peut organiser un nouvel ordre mondial nécessaire pour assurer la survie de notre bien le plus précieux, notre planète. La conviction de l’auteur repose sur la pertinence d’un nécessaire changement du fonctionnement des démocraties actuelles, héritage de la révolution française. Changer la donne politique, en ne votant plus à l’échelle de tous les pays pour des partis mais pour le choix d’une solution sur chacun des thèmes débattus, à l’occasion de toute élection, est la clé du renouveau démocratique mondial. En livrant ce combat, l’esprit de défense de notre planète, porté par les droits de l’homme, ouvre d’heureuses perspectives.