Drame à Gaspé

9.99 19.90 

Dans ce livre, j’emmène le lecteur en Gaspésie pour une nouvelle histoire, un drame en fait…
Mais, connaissez-vous l’origine de ce terme : Gaspésie?
Il vient de Gaspeg, un terme algonquin qui signifie : « Au bout de la terre ». Les Algonquins, peuple amérindien, avaient donné ce nom à cette terre alors qu’ils l’habitaient, avant que Jacques Cartier ne la découvre en 1534. Le bout de la terre ? Elle l’est encore aujourd’hui.
Garde-fou de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent, elle fait la fierté des Québécois. Paradis des amateurs de neige l’hiver, des férus de montagnes et landes sauvages l’été, des mordus de la mer à la recherche des baleines et autres animaux marins, en tout temps.
La Gaspésie, le rocher Percé, la mer, l’hiver, la neige… tout est en place pour ce drame dans lequel vous allez pénétrer par les chemins enneigés et les routes verglacées et que j’intitulerais : « Un homme nu retrouvé dans la neige »…
Cet homme nu, en plein champ, était-il seul dans la neige ?… Un bout de couverture bleue dépasse, tachée de rouge…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

— Jacques ! Jacques! Regarde à ta droite ; mais ralentis un peu, boutbongeu. Il y a une auto dans le champ !

— Arrête de crier, Diane, je fais ce que je peux, sapristi ! Ce n’est pas facile, viarge, j’suis sur la glace bleue ! Là, ça y est. Je vais reculer un peu plus près pour mieux voir. Eh ! Mais elle doit être là depuis un bout de temps cette auto ; t’as vu, y a de la neige sur le capot.

— Ce n’est pas étonnant, Jacques. Il neige depuis plus d’une heure !

— Diane sors ton IPhone et fait le 911, y a urgence, moi je ne prends pas le risque de marcher dans cette neige épaisse et molle. Alors, appelle vite !

— Y a pas le feu ! Calme-toi, sapristi !

Diane fait ce qu’elle peut pour enlever ses gants et ouvrir son fichu téléphone qui naturellement – c’est toujours comme ça quand on est pressé – ne veut rien savoir…

 

— D’où nous appelez-vous, Madame, et quel est votre nom ?

— Diane Dubé-Picard. Mon mari Jacques et moi-même sommes sur la route 198 près de Gaspé, à environ vingt kilomètres, nous arrivons de Murdochville et venons tout juste de voir une auto dans le champ, tout près de la route, à une vingtaine de pieds du chemin.

— Ne touchez à rien, Madame ; nous serons là dans quelques minutes.

Un instant plus tard, c’est de leur auto que Jacques et Diane voient arriver, gyrophare allumé, une ambulance suivie d’une voiture de police et d’une remorque.

 

Le chef se lève et hurle depuis son bureau :

— André, Patrick, Albert, vous pouvez venir au rapport ?

— On arrive, Chef !

— Bon. Il est trois heures passé. Vous avez eu un peu de temps pour avancer dans vos découvertes. Alors, y a du nouveau pour cette bagnole ? Vous savez d’où elle sort ?

— Un garagiste de Sainte-Anne-des-Monts, intervient Patrick, un certain Pierre, dit qu’il croit que cette auto appartiendrait à une dame Saint-Jacques du rang Croche. Elle s’est fait voler son auto il y a une quinzaine de jours. La description correspond parfaitement à la Ford beige qui nous concerne.

 

Avant d’arriver à la chambre 604, la fine équipe continue de s’informer sur l’homme retrouvé dans la neige au bord de la route.

— Il semble très agité et crie continuellement : « Lâchez-moi, lâchez-moi », des mots suivis de propos incohérents.

— Quel âge peut-il avoir ?

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Drame à Gaspé”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marcel Rioux

Décorateur-designer, autodidacte et inventeur du système de compression de l’artère radiale Hémo-Stop, l’auteur, Marcel Rioux, écrit, à quatre-vingt-quatre ans, son quatrième livre, un roman policier : « Drame à Gaspé ». Une épopée policière étourdissante qui vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière ligne. Justin, le troisième et dernier livre de la trilogie du Foulard de soie. Dans ce livre, qui finit brillamment la trilogie, l’auteur se surpasse dans l’art de tenir son lecteur en haleine.