De la Cime aux Racines…

7.99 18.90 

J’avais eu des entrevues avec la plupart des Présidents de la République bolivienne, on m’avait offert le poste de vice-ministre de Commerce, l’ambassadeur de Chine me proposait un contrat de travail dans son pays, j’avais restructuré la Chambre d’Exportateurs d’Oruro dont je fus 6 années le président. Je fus également Premier vice-président de la Chambre Nationale d’Exportateurs de Bolivie, on m’appelait le « Roi de la Quinoa ».
J’étais à la Cime !
Puis des procès inventés, des falsifications de ma signature, des dettes héritées de plus d’un demi-million de dollars, la vente forcée de l’usine pour payer ces mêmes dettes.
Je me retrouvais aux racines !
Mais j’avais une certitude, si Dieu me le permettait, je me relèverais et me dirigerais vers d’autres horizons.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

L’avion était en train de survoler le majestueux Illimani, l’emblème de la ville de La Paz. Je regardais par le hublot de l’avion cette magnifique montagne qui, du haut de ses 6 882 m d’altitude, semblait toucher le ciel. Le soleil faisait briller les neiges éternelles du roi de la Cordillère Royale. Mes yeux rougis étaient fatigués du voyage qui m’avait emmené de Mulhouse via San Paolo jusque sur les terres boliviennes mais comme hypnotisé par cette montagne, je ne pouvais y détacher mes yeux.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “De la Cime aux Racines…”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jean Marie Galliath

Le soir où nous l’avons rencontré, dans la maison familiale de Rimbach-prés-Guebwiller, un voile de brume nimbait le vallon et le printemps balbutiait ses premières notes. Alors nous n’avons pas pu nous empêcher d’imaginer, derrière le petit village de ses retours périodiques en Alsace, « perché » à 657 m, le panorama dantesque qui, entre 3 000 et 4 500 mètres d’altitude, cerne le quotidien de Jean-Marie Galliath. Un contraste qui résume toute sa vie, partagée, déchirée, entre deux mondes. L’action humanitaire avec ses amis de « Point d’Appui » aurait pu continuer comme une façon intelligente et généreuse de meubler ses loisirs de travailleur frontalier. Un grave accident de santé et une grosse interrogation existentielle plus loin, et voilà Jean-Marie Galliath propulsé en Bolivie où il vit désormais à Oruro, à 3 700 m d’altitude. Entre-temps, il a découvert et largement contribué à faire connaître sous nos latitudes, avec l’aide de son réseau resté en Alsace, la quinoa (comme il préfère le dire). Une plante miracle dont la contribution au mieux-être économique et social de sa terre nourricière semble avoir rencontré ses limites. Déjà l’entrepreneur lui cherche une remplaçante tout en négociant en permanence avec une santé capricieuse. Luc Marc, journaliste à l’Alsace.