Contes de la violence ordinaire

9.99 19.90 

Le livre que vous tenez entre les mains est un roman expérimental. Il se compose de sept parties, chaque partie correspond à une violence ordinaire. Qu’est-ce qu’une violence ordinaire ? Une violence qui, hélas, est acceptée par nos sociétés et qui, pourtant, ne devrait pas l’être. Sept violences ordinaires ont été répertoriées : la violence éducative ordinaire, la souffrance au travail, le harcèlement scolaire, les croyances limitantes, c’est-à-dire la violence contre soi-même, la violence conjugale ordinaire et l’emprise, la manipulation et la perversion narcissique et enfin la violence dans les médias. Chaque partie est subdivisée en deux sous-parties. La première est une nouvelle ou un conte avec des personnages que vous retrouverez tout au long de l’ouvrage. Et la deuxième est une théorie ou un essai, si vous préférez. Elle permet de définir la violence ordinaire en question, d’expliquer qui en sont les victimes, les bourreaux et comment en sortir. Daphné, Rosa, Silke, Étienne, Paul, Marc et Maxence sont les héros de ce roman expérimental polyphonique. Comme vous, ils sont souvent tour à tour victimes et bourreaux.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

  • Quand il s’agit de principes, surtout, la raison semble souvent absente et l’on se doit de respecter des dogmes. Le dogme est peut-être le pire ennemi de toute réflexion.

 

  • Les jeux de pouvoir par leur côté irrationnel sont souvent bien plus dangereux que les autres jeux entre les individus.

 

  • Si l’on met des gens ensemble d’une manière contrainte, ça se passe bien… mais très peu de temps…

 

  • Il n’y a pas de vrais gentils ni de vrais méchants, ni de vraies gens! Le monde n’est ni noir ni blanc, il n’y a que des dégradés de gris !

 

  • 80 % des croyances qui sont les nôtres nous ont été transmises, ne nous appartiennent pas et ne sont pas le résultat de notre propre expérience.

 

  • Ceux qui échouent vont avoir peur de leurs actions et/ou de leurs conséquences alors que ceux qui réussissent vont avoir peur de leur inaction et/ou de ses conséquences.

 

  • De toute façon, leur couple ressemblait déjà de plus en plus à une SARL, où Étienne accroissait régulièrement son nombre de parts.

 

  • C’est assez amusant de voir à quel point le contexte chamboule les priorités… l’être et l’échange semblent avoir enfin un certain dessus sur le faire et l’avoir…

 

  • Le simple fait d’habiter avec quelqu’un, de passer du temps ensemble, d’avoir des projets communs, une vie commune, fait que l’on est en partie sous l’emprise de la personne avec qui l’on partage ces choses.

 

  • Les gens déclarés libres se soumettent davantage… En d’autres termes : ils font librement ce que vous souhaitez les voir faire et qu’ils n’auraient pas fait spontanément. (…) C’est l’émergence du libéralisme, rendant le sujet autonome, qui permet la manipulation.

 

  • C’est un peu comme si tout ce qui permettait de fuir la réalité, le ici et maintenant était devenu florissant, un must, voire une obligation. Le divertissement comme nécessité, mais dans sa définition pascalienne : ce qui détourne l’être humain des problèmes essentiels.

 

  • Il donne une statistique qui glace le sang. D’après le CSA, les Français sont exposés en moyenne à 2 crimes et à 10 actes de violence par heure de télévision. Comme ils la regardent en moyenne trois heures et demie par jour, cela représente 2.600 crimes et 13.000 actes violents par an.

 

  • Mon chef était un boîtier électronique qui me disait avec une voix automatisée où aller et quoi faire. J’aimais à dire que les esclaves noirs en Louisiane au moins ils avaient une certaine liberté dans la façon de récolter le coton. Et puis ils ne risquaient pas de perdre le gîte et le couvert parce qu’avec un RSA en région parisienne, il faut choisir l’un ou l’autre.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Contes de la violence ordinaire”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Cédric Tavernier

Cédric Tavernier habite principalement à Varsovie depuis plus de quinze ans. Après avoir dirigé des filiales polonaises de groupes français dans différents secteurs, il a décidé de vivre enfin pleinement sa véritable passion : l’écriture. Ainsi, il est récemment devenu le correspondant de l’édition varsovienne de lepetitjournal.com, le journal en ligne pour les expatriés français et francophones. Ce livre qu’il publie est le fruit d’un long mûrissement personnel et d’un important travail de recherche. Il souhaite toutefois aller au-delà de la « simple » écriture de cet ouvrage et a créé à cet effet un gigantesque blog vous permettant d’échanger entre vous ou avec lui et des coachs de vie sur les problématiques de la violence ordinaire : www.violenceordinaire.com . Ensemble, l’aventure continue !