Come out sociétal

6.99 15.90 

Lorsque les vérités qui régissent la vie du quotidien sombrent dans l’irréel et qu’elles font mouvoir leurs repères dans des rêves de plénitude, sans artifice aucun, comme ceux qui furent un temps prohibés ou d’autres devenus communs, lorsque se ferment les cases sombres du cerveau dans lesquelles sont allés se cacher les neurones fatigués de devoir réagir contre de continuelles incertitudes, afin d’en ouvrir des plus sereines lorsque le rêve annihile le concret, faut-il parler de folie ou d’épanouissement personnel programmé ? Ne dit-on pas : « trop, c’est trop » ? Un homme, Pétrus, a fui cette routine qui le tourmentait, le matin où, au-delà de ce qui aurait pu être une envie, cela a été un besoin, voire une nécessité de tout plaquer, jusqu’à son entourage. Pour s’engager dans une vie nouvelle, dans un monde novateur, sans utopie grotesque, juste peuplée de « sa confiance », « sa conscience », de ses protégées accueillies pour un peu de chaleur et une modeste lippée, un soir de pluie. Pétrus a décidé qu’il voulait et qu’il devait faire le bien pour « karchériser » dans son esprit, les maux du monde qu’il avait décidé de quitter.

Dans son nouvel environnement, bien sûr qu’il réussit ! Mais quand les usages qui régissaient sa vie d’avant tentent de le rattraper, quand les règles restent mère maléfique du misonéisme, Pétrus rompt définitivement les amarres pour partir dans une cavale de laquelle personne ne revient jamais, tel un bateau qui dérive et a perdu sa seule ancre.

Un homme calme, posé, certes un peu en-dehors du système, sait faire le bien, avec autant de puissance qu’il peut punir. Pour Pétrus, le « border line » est « has been », réservé pour les films du genre ou la chèvre et le chou politiciens ; car lui, il agit. Il n’est ni un Jekill, ni un Hyde, seule sa probité l’accompagne dans ses rêves, pour mieux aboutir dans sa quête de la perfection, celle de Pétrus.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

– Pétrus, cette adresse sur votre carte grise ?

– Ce fut la mienne ! Maintenant, je suis SDF. Ma maison sur le dos. Vous voulez que je vous fasse visiter mon 100 M2 ?

– Vous n’êtes pas en règle, Pétrus, faites changer votre carte grise. Depuis quand n’est-elle réellement plus valable ?

– Pas longtemps, mon Général, c’était il y a trois ans, lorsque j’ai tout lâché, le matériel inutile, le confort coûteux d’un appartement dans la ville, l’impossibilité de stationner dans des rues étroites, le ras-le-bol de collègues imbus, pourtant équipés d’un vide cérébral déconcertant ; bref lorsque j’ai décidé de tout plaquer, sur un coup de tête, en arrivant en vacances à Châtelaillon.

 

– Pétrus, je suis terriblement ennuyé. J’irai droit au but. Où avez-vous passé l’avant-dernière nuit ?

– Où ? Mais dans mon chez-moi ! Où voudriez-vous que j’aille ?

– Pouvez-vous me le jurer ?

– Nom d’une pipe ! Je ne sais pas ce qui vous anime ce matin… oui, je vous jure que j’ai passé la nuit dans mon camping-car.

– L’avant-dernière nuit ?

– Oui, l’avant-dernière nuit. Allez-vous me dire ce qui se passe ? S’il vous plaît ! Vous me foutez les jetons. M’accusez-vous de quelque chose ? De quoi ?

– Pétrus, le géniteur de Carole a été trouvé pendu, dans son garage. Il semblerait que ce soit une mise en scène.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Come out sociétal”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Louis d'Anthès

Une trentaine d'années passées à être un bon soldat au service d'une économie inhumaine et la mauvaise foi de son organisation a eu raison des volontés du « bien-faire » et de la réussite professionnelle Remplacer, au travers d'une révolution personnelle, le vécu socialement correct par l'envie d'une vraie vie laquelle respecte les comportements inconditionnels de ce qui doit être le fondement réel de l'existence. Las d'une existence monotone dans l'uniformité du politiquement correct, l'auteur décide de donner, un matin, une nouvelle trajectoire et un sens à ses idées et à sa vie. Pour cela, il s'exclut volontaire du protocole. Pour cela, ses règles deviendront celles à appliquer, pour le bien contre le mal, voire pour le mal.