Chroniques métropolitaines de la ligne 11

6.99 13.90 

Une ville sous la ville. Une vie souterraine. La communauté des utilisateurs du métropolitain voyage quotidiennement. Parmi les voyageurs, certains visages deviennent familiers même si on ignore tout d’eux. Derrière la vitrine qu’ils offrent au regard, on ne peut soupçonner ce que sont leur vie, leur bonheur, leurs tourments, leur misère, leurs déshérences.
Les destins se frôlent, parfois se croisent. Quel lien unit Alex et Zahir ? Lulu et Maël sont-ils de simples petits collégiens ?
Quel rêve poursuit Aurore ? Quelle blessure ronge Léna ? Pourquoi Albert semble-t-il porter toute la douleur du monde sur ses épaules ?
Quand la routine du métro déraille, la police s’en mêle. Quand on embarque dans le métro, qui sait où le voyage nous conduira.
Quand vous prendrez le métro, le RER ou le bus, vous n’aurez plus le même regard sur les autres voyageurs…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Extrait 1 :

Le métro est un univers à lui tout seul, un microcosme. Une vie grouillante, souterraine, une vraie fourmilière. On pourrait considérer le métro comme un laboratoire où est reproduite la société humaine en miniature : le pire et le meilleur de l’homo sapiens.

Beaucoup d’entre nous empruntent le métro quotidiennement. Ce n’est pas qu’un moyen de transport, c’est plus qu’un lieu de passage. Il s’y déroule des tranches de vie pour qui sait observer.

Beaucoup sont centrés sur leurs petites affaires, installés dans leur bulle hermétique, numérique, greffés à leur smartphone, kindle ou autre, alors que d’autres, en couples ou en groupes, discutent, se racontent leur boulot, leur week-end, leurs projets de vacances, la tragédie de leur existence, le cancer de la voisine, les déboires conjugaux de leur collègue, la libido débordante de leur meilleure amie, la tyrannie de leur patron, ….

Et tout ce petit monde forme la communauté du métro.

 

Extrait 2 :

 

En quittant le commissariat, Malraux était pensif. Il avait besoin de marcher pour se vider la tête. Même s’il avait encore la passion de son métier, il était fatigué de côtoyer la misère humaine, de plonger la tête et les mains dans le côté le plus obscur de l’être humain. (…).

Ce jeudi matin, dans le métro, ma stupeur fut grande quand je découvris l’affiche de la police présentant le portrait-robot de l’individu ayant un rapport avec le bébé abandonné. Ce visage me semblait étrangement familier, je ne savais pas pourquoi. Je passai en revue tous les endroits et les circonstances où j’aurais pu croiser cette jeune fille.

Dans un commerce ? Une baby-sitter près de l’école de mon fils ? À la poste ? Dans la salle d’attente du médecin ? Je ne voyais décidément pas, mais je savais que je connaissais ce visage. J’en étais de plus en plus certaine.

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Chroniques métropolitaines de la ligne 11”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Dominique Senes

Dominique SENES est née en 1971 en Martinique où elle a vécu la moitié de son existence. Depuis qu’elle sait lire, elle est tombée à pieds joints dans l’univers des livres y trouvant un refuge et un tremplin idéal pour s’évader.
Sa vie professionnelle va l’amener outre-Atlantique à s’installer à Pantin puis aux Lilas il y a vingt ans où elle a fondé sa petite tribu.
La pratique quotidienne du métro pour aller travailler, s’évader (encore et toujours) va lui offrir une occasion de se lancer dans l’écriture, projet longtemps rêvé, timidement approché et qui a fini par se révéler.
Elle a toujours eu ce besoin viscéral de créer. La photographie est une autre de ses passions.