C’est pas pour cafter mais Monsieur H a un nègre -Acte I

8.99 18.90 

Cette conversation avec son thérapeute mène Corentin à commenter l’actualité de sa région et pas que…

Ceci est la suite d’un livre écrit par Didier Destremau aux éditions Balland « Vers la terre permise » racontant la vie d’un jeune érythréen et les prismes par lesquels il découvre l’Europe dans une Bretagne reculée mais si… moderne.

Témoignage d’une histoire vécue par ce père d’une jeune femme autiste polyhandicapée de vingt-cinq ans aux côtés de laquelle ce jeune garçon s’impose comme un compagnon de route et même un sauveteur au quotidien. Lui, réfugié et déjà si indispensable.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Corentin a déjà négocié la vie de sa fille contre la sienne, sa liberté de se mouvoir contre ses propres aptitudes à bouger, il a tout négocié avec le Divin, en vain, en vin. Que Corentin soit sincère dans cet empressement historique est indéniable et qu’il élude les mauvais souvenirs pour ne pas plomber l’ambiance va-t-on dire ? est indiscutable ; no explain, no complain ! Comme il aime le répéter ; certains souvenirs sont plus légers.

  

Témoignage qui se rappelle à moi comme une évidence ; vos gens sont épuisés, cher Docteur! Je ne peux pas me plaindre, serait-ce parce qu’avec Servane nous avons à faire à une pathologie lourde que le personnel hospitalier dans son ensemble est absolument adorable malgré un stress et un épuisement visible à l’œil nu et cerné. Je trouve le soignant très mal soigné dans notre société et je suis d’accord avec vous : quand une société ne reconnaît plus ses soignants c’est qu’elle est malade.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “C’est pas pour cafter mais Monsieur H a un nègre -Acte I”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Oscar Heinz

Parti à la conquête du monde à vingt ans, arpentant ses conflits, il revient au pays à cinquante ans avec la chtouille et un Opinel.