Centaures – « Le talent c’est d’avoir des rêves »

10.99 22.90 

Broadway. Au cœur des néons et de la frénésie artistique, trône un théâtre bien singulier, aux planches de sable. Qualifiée de « Juilliard équestre », l’Académie du Centaure offre à ses talents en devenir, une chevauchée épique vers une carrière internationale de renom.
Pour cela, trois conditions. Vouer un culte infini au cheval. Faire de la singularité, une insolence artistique assumée. Et montrer une rage du dépassement de soi à toute épreuve, doublée d’une opiniâtreté sans faille.
Léna, jeune amazone venue défier sa destinée, intègre le corps de ballet en première année. Il lui faudra se servir de son lourd passé pour nourrir son monde intérieur et sa créativité, sans pour autant se laisser entraîner dans la spirale de ces « artistes maudits », qui laissent trop souvent s’échapper, malgré eux, l’ombre au lieu de la lumière.
Très vite, la jeune femme fera la connaissance d’Andréas, mystérieux voltigeur, qui va lui devenir aussi indispensable que la selle et la scène, ainsi que Lily-Rose, professeure à la sensibilité exacerbée, extrêmement exigeante et élitiste, artiste mondialement reconnue, qui deviendra un modèle et peu à peu, un guide de vie pour Léna.
Préparez-vous à vibrer, une foulée à la fois …

Effacer

Description

EXTRAITS DU LIVRE

— Mon beau, il va falloir que tu me fasses confiance sur ce coup-là. Je sais que ça ne va pas être facile, crois-moi, ça ne l’est pas pour moi non plus, mais aujourd’hui, je te demande d’accepter de danser avec une inconnue, prononça Léna tout bas, en caressant l’encolure de son compagnon d’un instant, au moment où ils franchirent ensemble le portillon de la piste d’échauffement.

Faire corps, faire esprit avec le cheval. 

La jeune fille se nourrissait de ce précepte, si souvent entendu dans la bouche de celui qu’elle appelait Papa. Il lui avait tant appris, bien qu’il fût parfois d’une exigence telle que peu auraient pu le supporter. Mais elle lui devait, aujourd’hui, d’avoir eu la chance d’avoir exploré tant de sensations équestres, du haut de son jeune âge, que cela lui permettait de fouler la scène de la plus grande Académie équestre du monde.

La plus belle nouvelle de sa vie.

 

Tous les sens de Léna étaient à l’affût, désormais, de chacune de ces sensations qui revenaient au fur et à mesure que ces deux-là apprenaient à se connaître mieux.

 

On disait souvent que monter à cheval était un mécanisme qu’on intégrait à vie tout, comme le vélo. Pour la jolie brune, l’équitation était plutôt comme un premier baiser…

Celui que l’on n’oublie jamais.

Ride or die. 

If you make it here, you can make it anywhere.

Cet enchaînement sonore si emblématique de New-York lui traversa l’échine.

Oublier les règles. Redéfinir le jeu. Ressentir à s’en couper le souffle.

Et surtout, ne jamais oublier de faire des compromis. Le secret de la réussite au sein d’un couple. Cette devise qui s’appliquait aux humains, nous était enseignée au plus haut point… par les chevaux.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Centaures – « Le talent c’est d’avoir des rêves »”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Caroline Osmont-Patino- en collaboration avec Julien Fournier

Franco-colombienne, Caroline Osmont-Patiño est cavalière professionnelle et entraîneur de dressage. Outre l’équitation, l’art la passionne depuis l’enfance. Elle suit donc de brillantes études littéraires, puis côtoie les planches du Cours Florent, de l’Academy of Acting Stella Adler ainsi que du Meisner Center de Los Angeles. Également auteure du journal de bord autobiographique « Équinoxe, la vie d’une jeune cavalière », Caroline réitère une envolée équestre, cette fois-ci dans un univers fictif et fascinant : celui de l’Académie du Centaure.