Camisole chimique- sotte, saute donc si tu l’oses

7.99 18.90 

Le manuscrit que je vous soumets est un témoignage, celui d’une lente descente dans l’enfer des psychotropes, ou comment peut-on devenir un « légume » ou une « junkie » sur prescriptions médicales. Ce livre relate une histoire, la mienne depuis l’enfance, et les événements qui ont fait qu’un jour j’ai eu recours aux psychotropes. Après le bien-être des petites pilules du bonheur, c’est l’accoutumance, la dépendance, tous les effets indésirables, l’enfer. Peu d’écoute de la part du monde médical lorsqu’on veut s’en sortir. Une psychiatre a même posé un diagnostic lapidaire à mon encontre, la bipolarité, maladie mentale nécessitant un traitement à vie. J’ai enfin trouvé un thérapeute qui a compris ma demande ; grâce à lui ma vie est redevenue normale, sans médicaments. J’ai retrouvé toute ma créativité. Si ce témoignage est un réquisitoire contre certaines pratiques, il est aussi et avant tout un message d’espoir.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAIT DU LIVRE

Sa belle-mère proposa de garder leur petit bout de chou. Sans savoir la situation dans laquelle ils allaient se trouver, Fred déposa Irène devant la porte de la maison de ses parents et partit au village voisin chercher la sage-femme.
En pénétrant dans la cuisine familiale, Irène vit son père et sa mère qui lui dirent simplement… « Si on monte là-haut… on la tue. » Elle monta précipitamment dans la chambre de sa sœur aînée, sa plus jeune sœur sur les talons. Sa sœur aînée était en proie à une véritable crise de nerfs. Assise sur un pot de chambre, elle lui cria :
— Enlève-moi ça, enlève-moi ça, je n’en peux plus, dépêche-toi !
Irène avait accouché à peine un an auparavant, ses connaissances en matière de fausse couche étaient des plus rudimentaires, autant dire qu’elle n’y connaissait rien du tout. Elle ne savait que faire mais sa sœur était dans un tel état qu’elle se dit qu’elle ne pouvait attendre le retour de son mari avec la sage-femme.
Alors elle s’accroupit devant sa sœur et essaya comme elle put de lui ôter le… ça. Elle y alla à tâtons, écartant les cuisses de sa sœur qui tremblait d’énervement… Quand elle eut le ça… dans les mains, elle comprit horrifiée que sa sœur ne faisait pas vraiment une fausse couche. Elle la questionna.
— De combien de mois es-tu enceinte ?
— J’en sais rien, lui hurla sa sœur, quatre, cinq mois peut-être… Enlève-moi ça, je n’en peux plus.
Irène était maintenant terrorisée car elle avait senti bouger dans sa main. Sa sœur ne faisait pas une fausse couche, sa sœur accouchait prématurément et le ça… qu’elle avait eu dans les mains n’était autre que les jambes d’un bébé qui gigotait, bien vivant.
Des pas lourds dans les escaliers… la sage-femme arrivait avec son mari. Elle envoya Fred chercher de l’eau chaude et des linges propres. Irène, en larmes, lui expliqua ou tenta de lui expliquer la situation.
— Aide-moi à la mettre dans son lit.
Ce qui se passa ensuite se déroula comme dans un mauvais film.
La sage femme s’activait auprès de sa sœur, qui hurlait; au bout d’un certain temps elle dit simplement.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Camisole chimique- sotte, saute donc si tu l’oses”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Mado Christophe

L’auteure est née en 1953 d’une famille de Français moyens. Son père artisan ébéniste lui apprend l’amour du beau et de la lecture. Sa mère, la ténacité, la résistance. Ses grands-parents paternels, l’amour de la nature, la générosité, la droiture et la tolérance. Deuxième d’une fratrie de 7 enfants (4 filles et 3 garçons), elle se démarque très tôt par des velléités d’indépendance que ses parents pensent pouvoir canaliser en l’envoyant dans une institution religieuse où elle recevra une éducation des plus strictes. Loin de mater la jeune indisciplinée, ce « dressage imposé » contribuera à renforcer son caractère affirmé. Renvoyée du juvénat pour indocilité, elle entre à 16 ans dans la vie active, en usine, pour « lui apprendre à vivre », dixit son père. Elle se marie à 19 ans et devient maman comblée d’une adorable fillette la même année. Consciente de ses manques et pour améliorer sa situation professionnelle, elle reprend ses études en cours du soir et passe des concours dans ce qui était l’administration des PTT (Postes, Télégraphes et Téléphones). Elle entre donc dans la Fonction publique à 23 ans et y restera jusqu’à sa retraite en 2013. Femme de conviction, elle n’hésite pas à les affirmer et à les défendre. C’est ainsi qu’elle s’engage tout naturellement dans le militantisme syndical au sein de l’entreprise mais là encore, elle restera un « électron libre ». Si aujourd’hui l’auteure peut s’adonner à ses passions dont sa favorite, l’écriture, c’est parce qu’elle a su dire non aux dictats de tous ordres, dès son plus jeune âge. Anticonformiste, ses créations picturales, vestimentaires ou son écriture lui ressemblent et portent son empreinte. La Liberté.