Bienvenue au mitard camarade

10.99 20.90 

L’arrivée du détenu Ben Obuja dans le centre de détention qu’il gère pose à Patrick Lanquert de nouveaux problèmes : il n’a aucune information concernant ce détenu, qui semble cacher de lourds secrets. Au milieu de la population carcérale, l’ambiance devient pesante et complexe à gérer lorsqu’un détenu est retrouvé mort dans sa cellule. Que s’est-il passé ? Dans cet environnement confiné, trouver le coupable semble à première vue une tâche peu complexe. Mais le centre de détention possède ses secrets, et l’affaire se complique vite…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

            EXTRAITS DU LIVRE

Pour passer le temps, il avait minutieusement déchiffré toutes les inscriptions qui jalonnaient le mur. Contrairement à la cellule de garde à vue, le nom de Carnot n’apparaissait nulle part. Chaque visiteur semblait avoir écrit son nom – ou plutôt gravé – ainsi que la date de son arrivée. Carnot avait trouvé ça ridicule au début, mais plus les jours passaient, plus il se sentait l’envie de rajouter le sien. Et il y avait ce mot grotesque, en plein milieu du mur. Le détenu n’avait d’abord pas compris comment l’auteur avait réussi à obtenir une telle couleur, mais très vite, l’odeur lui avait soufflé l’explication : c’était la teinte du sang séché. La cellule était assez mal isolée, donc très humide, et la nuit, tous ces facteurs donnaient l’impression de se retrouver enterré vivant dans un mausolée.

 

Déjà, au centre de la cour, se formait un cercle qui se resserrait autour des deux concernés. Natiz n’avait pas attendu longtemps pour commencer à se rapprocher de l’ancien flic, et les deux hommes se trouvaient maintenant à deux mètres l’un de l’autre. Le Vieux contre le Pourri. Ca ressemblait à un mauvais western, ou à un film de série Z. Mais l’affrontement était proche.

      Les deux hommes s’immobilisèrent à trois mètres l’un de l’autre et se toisèrent du regard.

« C’est pas ta faute à toi, mais ça revient au même. Tu vas payer pour l’autre abruti ! D’ailleurs, il n’a eu que ce qu’il méritait ! »

      Tacitement, chacun cherchait à savoir qui allait entamer les hostilités. Les paris n’eurent pas le temps de se faire.

      Dans son délire parano, Carnot se jeta violemment sur son adversaire, le poing armé et prêt à frapper. Le Vieux le reçut en plein visage et sa tête pivota à plus de 90 degrés. Il secoua la tête de droite et de gauche, comme s’il avait pris un simple soufflet.

« C’est tout ce que tu as dans le bide, morveux ?

  • Ce n’est que le début, tu vas prendre la raclée de ta vie ! »

Il se relança dans la même attaque, sauf que cette fois, le Vieux se décala très légèrement sur le côté en envoyant un crochet. Il bloqua le coude de Carnot à l’aide du sien, et l’ex-agent s’étala sur le sol.

« C’est tout ce que t’as dans le bide, c’est bien ce que je disais. Debout ! »

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bienvenue au mitard camarade”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Djames Dey

Passionné d’écriture depuis son plus jeune âge, Djames DEY a suivi un parcours atypique : de formation scientifique, puis ayant suivi un cursus universitaire linguistique, l’amour de la langue reste son plus grand leitmotiv. Grand fan de Stephen King, d’Amélie Nothomb et d’Agatha Christie, il accorde toujours une grande importance à la psychologie de ses personnages.