Au comptoir des vivants

7.99 18.90 

Au comptoir des vivants se veut une composition d’histoires qui se réunit au fil des pages pour permettre la genèse de ce microcosme fuligineux tiré de notre quotidien.
La mise en scène, les lieux et les personnages sont porteurs de messages et de symboles permettant de retranscrire ces instants de vie émouvants et sincères qui sont les fondements propres de mon ouvrage. Exclusivement composée de nouvelles, cette œuvre se signe d’une plume authentique tout en distillant l’âcreté avec douceur et la folie avec amour. En totale parcimonie, les mots s’étirent, la mélancolie se revêt de son plus beau manteau et lentement, une philharmonie singulière donne vie à cet entre-deux mondes. Tour à tour, les maux s’entremêlent comme des bobines de fils et ils s’échappent à vive allure sur le parvis pour rejoindre mes héros, ces hommes ordinaires qui restent ma plus grande source d’inspiration.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

« À notre comptoir, il se cherche encore la norme. Faisons-nous partie de cette norme ou sommes-nous définitivement en dehors ? La norme reviendrait à dire que nous sommes normaux, semblables aux milliards d’êtres humains qui peuplent l’humanité. Que nous soyons blancs. Que nous soyons noirs ou que nous soyons d’une tout autre couleur. Que nous soyons conditionnés, bien élevés ou même façonnés à l’image de la société et de ses dirigeants. Cela voudrait aussi dire que nous sommes nés et demeurons libres et égaux en droits, étiquetés comme de bons citoyens qui s’astreignent à des obligations et des devoirs. La norme me fait écho à l’égalité, à la parité, mais pourtant rien ne fait écho à la disparité.» page 171, À votre bon vouloir.

« Pluvieuses et torrentielles étaient les épilogues apocalyptiques qui se dressaient fièrement comme pour dépeindre le portrait de ces ruines humaines au bord de la dessiccation. Et alors que s’échappaient les essences malodorantes de ces corps en putréfaction que personne ne réclamait jamais, nous saluions la mort qui était venue les embrasser au petit matin pour les envelopper chaleureusement d’un linceul mortuaire immaculé de son blanc manteau. » page 22, Cloporte

« Je vais continuer de traîner des brides de notre histoire comme le fardeau d’un fou et je vais brandir, chaque jour, le drapeau de ma culpabilité et de mon amertume comme le sceau sacré de notre histoire. Dans cette mélasse de disgrâce, je continuerai de t’aimer et d’aimer la moindre particule de ta non moins curieuse personne, parce que c’est finalement la seule chose qui compte à mes yeux » page 64, Prestidigitateur

« La vérité. Elle fourmille dans ses paradis artificiels. Elle nécrose les cœurs les moins aguerris. Elle lève le voile de nos rêves d’amour éternel. Les rapports amoureux sont plus complexes qu’ils n’y paraissent. La faute est de les résumer à la joyeuseté de nos furtives rencontres. Les balader dans les prairies aux pieds fleuris de lavande et de champs sauvages de coquelicots. Noyer le poisson dans les étendues d’eaux usées de nos déjections postnuptiales» page 87, Histoire sans fin

« Ton absolue folie est contagieuse. Elle m’a transpercée de part en part et s’est autorisé une escapade vertigineuse dans les élongations séquentielles de mon subconscient. Tu as navigué au bord du précipice sans penser aux conséquences de tes actes. Les vapeurs indolores de ton calumet délicieux ont enivré nos palabres et nos états compulsifs. J’ai la tête pleine de ces impertinences et de ces absolues vérités qui font de nos comparses, de véritables visionnaires. » page 113, Stratégie de défense

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Au comptoir des vivants”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Mélanie Delory

Mélanie Delory, née le 24 septembre au cœur des Hauts-de-France au mitan des années 80, délivre ici ses premiers écrits publics. Passionnée par le monde de la littérature, elle voit très rapidement en l’écriture, un moteur suffisamment fort pour faire taire tous les mots qui se bousculent dans sa tête, et également le moyen d’exprimer les fortes émotions qui l’habitent depuis son plus jeune âge. Sensible à la condition humaine, elle s’inspire de sa propre mélancolie pour traiter de toutes sortes de maux qui la touchent au quotidien. Consciente du monde qui l’entoure, elle s’appuie régulièrement sur des temps forts, des sensations, des émotions vives pour transporter son lecteur dans une dimension poétique fortement imprégnée d’images et de figures de style.