Au cœur du masculin

9.99 22.90 

De l’union du couple à sa désunion, de l’incommunication aux procédures, de la rupture à la violence, de l’amour à la haine… le pénible parcours dans le divorce/séparation et de ses conséquences sur la personne, la collectivité et l’administration. De leurs amours rompus, les hommes se sont vus chargés de tous les torts et de bien pire. L’interventionnisme judiciaire agit le plus souvent en défaveur des pères, sans mesurer les dégâts qu’il cause. Au nom d’un sublime intérêt de l’enfant, les pères ont été évincés de ce qu’ils ont de plus cher ! Comme un nid explosé, en fragments atomisés, sans protection ni contrôle de leur devenir, leur sens inné de personne humaine est touché. Nombreux sont ceux qui ont mal vécu les conséquences de la rupture avec leurs enfants. Malgré leur désarroi, ces hommes cherchent des solutions, s’expriment, dénoncent… « Au cœur du masculin » est un témoignage de souffrance des hommes qui nous baigne dans leurs états d’âme, évoqués sous différents tons de l’émotionnel, l’ironie, la révolte, l’exigence… Dans tous les cas, l’expérience de leur vécu. Il ouvre l’intime des sentiments, en même temps qu’il identifie les problématiques et portes à leurs solutions.

L’ouvrage reprend un échange de correspondances entre parents vivant les difficultés de ruptures parentales. Il compose un thème relatif à l’éclatement familial et des échanges sur 21 chapitres. Il s’agit surtout d’émotions/opinions de pères dans la tourmente des divorces-ruptures-séparations avec leurs enfants dont les expressions sont fortes de constats et de recommandations. L’ouvrage, facile à lire, permet de naviguer sur les divers sujets relatifs à l’impasse judiciaire, la construction de l’enfant, l’aliénation parentale, la décision judiciaire…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

  1. « SILENCE… on massacre mes enfants »

de « Kérim », le 22/06/07 à 19 : 08

Très chers amis…

De mon sentiment profond, je vous envoie un de mes derniers écrits sur le sujet. Je quitte le bateau. J’en ai marre. J’abandonne pour essayer de me consacrer à autre chose.

Vous connaissiez mes enfants et pensiez que j’avais la chance de les avoir aimants… Le bonheur apparent cache une profonde souffrance de mes enfants, particulièrement celle de ma fille Inès. Depuis, longtemps, elle est en recherche active de solutions. Elle a acheté un GSM avec ses économies. Elle s’isole, m’appelle 2 ou 3 fois par jour. Elle me dit des propos d’adulte en difficulté : « papa, je n’en peux plus, je ne peux plus supporter », « Aide-moi papa stp », elle pleure « papa, je t’aime »… mais je dois boucher mes oreilles, oublier, faire silence, on massacre mes enfants ! Personne ne veut entendre ni même croire ce que dit l’enfant.

Avec un droit de visite de 4 jours/mois, le père ne peut pas exercer correctement son rôle parental. Même mon devoir de surveillance est limité. Le compagnon de mon ex a, à plusieurs reprises, agressé physiquement ma fille. Je n’aime pas aller à la police mais j’ai fini par déposer plainte. Une enquête de surveillance a été ouverte.

Mon fils Samy, 16 ans, a demandé à être entendu par le juge. Il insiste pour pouvoir aller en Tunisie en dehors de son papa et de sa maman. Depuis ses 8 ans, il est empêché de voyager et rencontrer ses grands-parents alors que dans sa prime enfance, il fut élevé dans leur affection.

Voilà donc le contexte de notre audience d’aujourd’hui avec le juge de la jeunesse Philippe Van Hecke. Le personnage semble honnête homme, compétent. Pourtant, malgré les compétences de cet homme, ni moi ni les enfants ne parviendront à un résultat respectueux de la personne humaine. Le droit de visite est inapplicable pour juillet et août. Samy ne peut pas aller en Tunisie. Peut-être, obtiendrions-nous une assistance d’encadrement psychologique pour les enfants et peut-être encore, un encadrement d’éducation parentale ? Mais si je veux changer quelque chose au jugement, il faudra aller au civil « en référé », qui a rendu une décision d’appel ! Il faut donc justifier quelque chose de nouveau alors que mes demandes sont les mêmes, celles de retirer les contraintes sur le passeport, permettre à mes enfants de voyager dans le cadre d’un droit de visite défini… élémentaire !

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Au cœur du masculin”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Kérim Maamer

Kérim Maamer est Tunisien, francophone, baigné dans le monde culturel d’une Afrique cosmopolite des années 60 et 70. Il a vu se réduire une part de l’héritage social, en cause d’acclamations puristes, qui ont piétiné la riche diversité d’une Histoire de Tunisie. De son éducation au Lycée français de Tunis et de ses études universitaires à l’ULB, il traduira son apprentissage « nos ancêtres les Gaulois », en récit authentique des Ifriqiyens. Au plan professionnel, il a travaillé dans l’enseignement supérieur à Bruxelles et servi la coopération internationale en Afrique sahélienne. L’âge de la retraite lui inspire un devoir de rétablir les constats afin de préserver un avenir des nations nord-africaines. Il a publié chez le même éditeur : « Au cœur du masculin » - « La Politique et la Science » - « Outrages aux Lotophages » et l’actuel « Histoire de Djerba et d’Ifriqiya »