Athletic Bilbao 1898-2020- Un club identitaire basque à l’heure du football hypercapitaliste et mondialisé.

10.99 22.90 

Dans un football hypercapitaliste et mondialisé où les clubs sont des multinationales avec comme préoccupation centrale l’actif et le passif de leurs comptes ; où les joueurs des clubs les plus riches de la planète sont des cadres supérieurs avec essentiellement comme préoccupation leurs performances et statistiques individuelles ; où les supporters sont des clients et des consommateurs de préférence lobotomisés devant avoir comme vocation d’acheter leur abonnement annuel, d’admirer de manière béate le spectacle en évitant de préférence les critiques à l’encontre des dieux du stade et des « experts » consultants, la formation basque de l’Athletic Bilbao fait figure d’exception dans le football espagnol, européen et mondial contemporain.

Né en 1898, elle continue à jouer, plus de 120 ans après sa fondation, uniquement avec des footballeurs basques. L’Athletic Bilbao fut jusqu’à l’éclatement de la Guerre civile espagnole (1936-1939), la meilleure équipe du football espagnol devant le FC Barcelone et le Real Madrid en remportant notamment 4 des 8 premiers championnats entre 1929 et 1936.                                       Par la suite, malgré l’affirmation des deux géants du football espagnol, l’Athletic Bilbao est parvenu tout de même à se constituer l’un des plus beaux palmarès de la péninsule ibérique en remportant 8 championnats, 24 coupes d’Espagne, en terminant également 7 fois deuxième, 10 fois troisième, en s’inclinant 14 fois en finale de la coupe d’Espagne et en disputant deux finales européennes.

Les admirateurs de l’Athletic Bilbao mettent en avant le fait que la formation de la Biscaye dans un football sans frontières, sans racines, sans ancrage, sans identité, a su garder une très forte identité basque tout en restant très compétitive dans le football de clubs ayant conquis le plus de coupes d’Europe depuis 1956, 42, avec des compétiteurs redoutables comme le Real Madrid, le FC Barcelone, l’Atletico Madrid, le FC Valence, le FC Séville.

Les détracteurs de l’Athletic Bilbao mettent l’accent sur le fait que le modèle de la formation de la Biscaye est dépassé, s’appuyant pour défendre leur thèse sur le fait que depuis plus de 35 ans, l’Athletic Bilbao n’a plus remporté aucun championnat, aucune coupe d’Espagne, aucune Ligue Europa, se contentant seulement d’une victoire en Supercoupe d’Espagne en août 2015 en battant, il est vrai avec brio, le FC Barcelone de Lionel Messi.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

En quatre occasions, par le passé, l’Athletic Bilbao fut en mesure de conquérir une épreuve continentale.

En 1969, en coupe des villes de Foires, la formation de la Biscaye vint à bout des Reds de Liverpool de Bill Shankly, des Grecs du Panathinaikos Athènes, des Allemands de l’Eintracht Francfort avant d’être éliminée en quart de finale d’un but par les Écossais des Glasgow Rangers. Pour remporter l’épreuve, l’Athletic Bilbao aurait par la suite dû venir à bout des Anglais de Newcastle United en demi-finale, et des Hongrois de l’Ujpest Dosza Budapest en finale. Un défi difficile à relever, mais à la portée de l’équipe basque.

En 1977, l’Athletic Bilbao s’illustra en coupe de l’UEFA en se hissant en finale après avoir pris notamment le dessus sur le Milan AC et le FC Barcelone de Rinus Michels, Johan Neeskens et Johan Cruyff. Dans la finale en aller-retour, il manqua un petit but à l’équipe basque pour battre la prestigieuse Juventus Turin.

En 2012 l’Athletic Bilbao coaché par l’Argentin Marcelo Biesla se hissa en finale de la Ligue Europe après avoir réalisé un très beau parcours en battant le Paris Saint-Germain sous pavillon qatari, le Manchester United d’Alex Ferguson, le Shalle 04 de Raul Gonzales, le Sporting Lisbonne, avant de s’incliner en finale devant l’Atletico Madrid de Diego Simeone.

En 2016, toujours en Ligue Europa, l’Athletic Bilbao s’inclina en quart de finale aux tirs au but dans un duel fratricide entre formations espagnoles face aux Andalous du FC Séville, déjà 4 fois vainqueur de la compétition en 2006, 2007, 2014, 2015, et qui allait à nouveau la remporter en 2016. Pour conquérir l’épreuve, l’Athletic Bilbao aurait dû battre en demi-finale les Ukrainiens du Chakhtar Donetsk, et les Reds de Liverpool que le brillant coach allemand Jurgen Klopp dirigeait au cours de sa première saison. Un défi difficile à relever, mais à la portée de l’équipe basque.

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Athletic Bilbao 1898-2020- Un club identitaire basque à l’heure du football hypercapitaliste et mondialisé.”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Antoniocamacho

Antoniocamacho, jeune, était et est demeuré un passionné de football, l’ayant pratiqué comme des millions de jeunes. Il est également un passionné d’histoire, ayant obtenu un DEA ( Master 2 ) d’histoire en 1998 à l’Université Paris VIII. Cet ouvrage a permis à Antonio Camacho de concilier ses deux passions le football et l’histoire. Après son premier ouvrage sur le réal Madrid et la coupe d'Europe depuis 60 ans, gloire, honneurs et conquêtes internationales du plus grand club du monde. Victor Martins analyse cette fois-ci avec passion rivalité madrilène entre le réal Madrid et l'Atlantico Madrid, devenu Clasico du football européen au cours de la décennie 2010. Les deux rivaux madrilènes s'étant affrontés quatre fois consécutives entre 2014 et 2017 en ligue des Champions, en finale en 2014 à Lisbonne au stade de la Luz, en quart de finale en 2015, en finale à Milan au Stade Guiseppe Meazza en 2016, en demi-finale en 2017. Entre riffs sauvages de Jimmy Page, Ritchie Blackmore, Tony Iommi, Pete Townshend et Bryan May, bastons aux abords des stades anglais type Chadwell et buts à la pelle de Kevin Keegan, Ian Rush, Kenny Dalglish, Billy Bremmer, Trevor Francis, Denis Law, George Best, Bobby Charlton, le septième ouvrage de Victor Martins est un témoignage nostalgique de l’âge d’or de la culture pop britannique dans le domaine du football et du rock’n’roll. Après l'analyse des grands clubs espagnols, Real Madrid, FC Barcelone, Atletico Madrid, les grands clubs italiens, Juventus Turin, Milan AC, Internazionle, les grands clubs anglais, une biographie croisée de Pelé et Eusébio, Antoine Camacho s'attaque dans son huitième ouvrage à l'étude de l'âge d'or du Bayern Munich celui de Franz Beckenbauer et Gerd Muller. Après avoir traité dans son quatrième ouvrage de « l’âge d’or » du Benfica Lisbonne au temps d’Eusebio ( 1961-1975 ) dans sa biographie croisée de Pelé et Eusebio « Pelé et Eusebio les deux premiers footballeurs noirs à l’ombre des dictatures », l’historien du sport Victor Martins traite dans son neuvième ouvrage de l’ère post-Eusebio, 1975-2000, dont l’étude s’arrête au cours de la période ou José Mourinho fut le coach des Aigles ( septembre-décembre 2000 ), succédant à des coaches illustres comme Sven Goran Eriksson, Artur Jorge, Jupp Heynckes, alors qu’au cours de ce quart de siècles de nombreux joueurs de valeur évoluèrent au Benfica Lisbonne, Humberto Coelho, Joao Alvès, Carlos Manuel, Manuel Bento, Tamagnini Néné, Diamantino Miranda, Rui Aguas, Rui Costa, Joao Viera Pinto, Paulo Sousa, Carlos Mozer, Candido Valdo Filho, Ricardo Gomes, Isaias, Claudio Caniggia, Zoran Filipovic, Glenn Stromberg, Jonas Thern, Stephane Schwarz, Serguei Yuran, Vassili Kulkov, Michel Preud’homme.