Aimer jusqu’à la déraison

9.99 18.90 

Un grand poète a écrit : aimer à perdre la raison.

Le titre de mon livre est : Aimer jusqu’à la déraison.

Avec presque les mêmes mots, la langue française démontre ici une grande différence.

Le premier cas illustre le bien, la bonté, la douceur… Une personne éprise est capable de tout offrir pour satisfaire les désirs de l’être aimé.

Aimer jusqu’à la déraison engage le mal, la méchanceté, la trahison… La personne est capable de tout, même de tuer pour conserver son amour.

Il reste toujours des traces indélébiles d’un divorce, même s’il est accepté par les deux parties. Mais quand il est refusé par l’un des deux, cela peut tourner au drame. C’est le sujet de ce roman.

 

Effacer
UGS : ND Catégorie : Brand:

Description

Les lèvres serrées, le visage tendu à tel point que les pommettes semblaient lui trouer la peau, elle fixait Roméro. Il l’avait oubliée. Il avait oublié tout ce qui l’entourait. La foule, les juges, les jurés, et peut-être même que Monique était encore de ce monde.

Son œil était mouillé. Ses paupières battaient. Est-ce qu’elle allait se mettre à pleurer ? Non, elle sourit tristement des lèvres et du regard. Elle posa sa main droite sur son autre main pour se donner du courage afin d’espérer contrer la détermination insensée qu’elle lisait dans les yeux de son amant. Elle l’observa, profondément. Elle savait trop ce qu’il devait endurer, mais elle redoutait son obstination qui pouvait le priver d’une peine moins clémente.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

Format Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Aimer jusqu’à la déraison”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Arilde Bacon

Arilde Bacon est né le 28/01/1947 à Saint-Quentin dans l'Aisne. De parents bateliers, il eut la chance de traverser la France sur toutes ses voies navigables lors de son enfance.
Il fit sa carrière comme Commandant sur un pousseur pétrolier sur la Seine, puis dans la Pétrochimie à Berre-L'Etang.
Dans le genre littéraire « Roman », il est officiellement Académicien de Provence.