Addictions – Prendre le mal à la racine

4.99 11.90 

L’addiction est au corps humain ce que le populisme est en politique

De tout temps, depuis l’histoire de l’humanité, l’homme a recherché, trouvé ou fabriqué, avec ce que son environnement lui fournissait, de quoi l’emmener dans des paradis artificiels.
Il serait vain de qualifier ou de quantifier les causes qui sont à l’origine de la souffrance ressentie dans notre histoire commune, et qui, aujourd’hui encore, quelle que soit la nature de cette addiction y trouvent le plus souvent leur justification.
Parvenir à observer le plus objectivement possible son propre chemin de vie pour déterminer les causes d’une addiction est une chose souhaitable, pour peu que la personne concernée accepte le simple challenge de reconnaître qu’elle se met en danger, mais surtout que, par cette introspection, elle se positionne comme pouvant devenir l’actrice de sa propre guérison, voilà quel est l’objectif que je cherche à atteindre par cet ouvrage.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Certains vous diront : « Mais enfin, qu’est-ce que serait la France sans ses bistrots, qui eux-mêmes ne sont viables que par les piliers de comptoir qui leur permettent de vivre ».

Par ces temps de Covid, alors que les bistrots comme les restaurants sont encore fermés, on est donc à même de juger de l’avantage qu’ils représentent, sur le plan sociologique, nécessité me concernant, quand on souffre de solitude notamment.

Mais quand on souffre de solitude, ou qu’il devient utile de fréquenter de tels établissements pour son équilibre personnel, en aucune façon, vous n’avez obligation de boire le moindre alcool, et aller y boire quoi que ce soit d’autre, café, jus de fruits, ou que sais-je, remplit alors exactement le même rôle social.

Pour peu qu’on puisse se le permettre, dans l’absolu.

***

En vérité, avoir une vision objective de la dangerosité des addictions, selon qu’elles relèvent d’une consommation de substances ou qu’elles soient comportementales est quasiment impossible, si l’on considère que les secondes peuvent parfaitement passer entre les mailles du filet, je veux parler de patients qui ont les moyens financièrement d’en assumer les répercussions…

Je peux citer l’addiction aux jeux, les acheteurs compulsifs, les kleptomanes, pour ne citer que ceux-là…

Si ce problème se produit dans un milieu défavorisé, rapidement les choses s’enveniment dans le foyer, avec les factures et loyers impayés, le rouge qui apparaît, sur le plan bancaire, etc. Alors, le diagnostic est posé, inévitablement.

Si le même phénomène se produit dans un milieu aisé, alors il en va tout autrement, personne jamais n’en est informé, donc personne ne vient gonfler les statistiques, et pourtant, le degré de gravité de l’addiction en question est parfaitement équivalent.

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Ebook

Version

,

ISBN Livre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Addictions – Prendre le mal à la racine”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur(e) : Françoise Niel Aubin.

Depuis plusieurs années, l’autrice a beaucoup travaillé sur le sujet de la famille en général, et plus particulièrement sur son évolution ces dernières décennies, au point de s’être trouvée avec une compilation d’une cinquantaine d’articles.
Il lui est vite apparu que ces travaux ne pourraient pas être diffusés sous leur forme première chez un éditeur, et qu’ils devaient être actualisés et revisités sous différents thèmes, ce qui lui a donné l’opportunité d’en approfondir certains.
De plus, une petite sœur « particulière par son origine » est arrivée dans sa fratrie composée de trois frères et sœurs. Élevée par leur mère qui n’en était pas la mère biologique, elle fut adoptée dès que la loi le permit, en 1972.
L’autrice a ainsi pu apprécier en quoi une mère pouvait élever un enfant « qui ne sortait pas de son ventre » et à quel point ce fait n’interagissait en rien dans l’éducation et l’amour que ses parents lui ont prodigués.
Elle a été éducatrice stagiaire, femme au foyer, a eu des filles… puis a divorcé, vécu « sans travail », élevé ses filles, dont l’une est homosexuelle.
Ces étapes ont été autant d’occasions d’interroger la parentalité, à travers les différents spectres que sa vie personnelle lui a imposés.