27 août 2019

Critique écrite par un journaliste Toulousain pour notre auteur Jacques Valmont de Saint Clair

Le petit puceau du parc Monceau : Le plaisir du partage…

– Avant que d’aborder l’analyse du livre » Le petit puceau du parc Monceau », je tiens à préciser les raisons qui m’ont conduit à cet exercice.

De formation littéraire, j’ai exercé le professorat, le métier de journaliste, et créé plusieurs revues.

« Lire » comble un côté de ma curiosité et alimente mes imaginaires.(je suis aussi illustrateur).

La rencontre (fortuite ou providentielle?) avec l’auteur du « Petit puceau du parc Monceau » s’est vite transformée en échange confirmé par nos vécus réciproques et des passions communes.

Il m’a offert cet ouvrage,et, j’ai jugé bon par l’écriture d’exprimer ce que j’en pensais. L’auteur écrit sous un pseudonyme et la question que tout un chacun se pose après lecture est : Le petit puceau du parc Monceau est-il une simple fiction ou repose-t-il sur des expériences vécues ?

A mon avis, plus qu’un roman, ce livre est un véritable traité sur l’amour physique et son évolution de la puberté à la fin de vie.

Le narrateur étant un homme, les héroïnes des têtes de chapitre sont des femmes avec leur intimité, leur senti et leur ressenti.

Le récit, très précis, est fait simplement.

Dans ses descriptions, il y a un parti pris, celui d’éviter la vulgarité ou la pornographie ou d’imiter les libertins de la fin du XIXème , du XXème siècle et des auteurs à succès d’aujourd’hui.

Son vocabulaire, souvent imagé évite l’ennui de répétitions, la diversité des situations est un réel voyage dans  l’existence.

Chaque femme, unique en son genre révèle sa particularité inhérente à sa physiologie, mais aussi à son éducation et à son tempérament.

D’Eve à la Vierge Marie, de Cléopatre à Simone Weil, quel monde d’investigation !

Choisissons la pensée de l’auteur pour l’aborder : « Le plaisir donné est plus important que le plaisir pris ».

 

Jean-Pierre BOUTEVIN

Professeur de lettres et Géographie, spécialisé en littérature comparée.

 

Août 2019.

A la Une, Actualités, Presse

A propos de l'auteur : Jacques Valmont de Saint Clair

Précédemment, l'auteur a écrit un ouvrage de 650 pages sur une race de chien et qui a été réédité trois fois depuis 2000. Il a toujours eu quatre hobbies : le rugby, qu'il a pratiqué à haut niveau dans sa jeunesse, la chasse au chien d'arrêt et l'élevage d'une race où il est considéré, dans le monde entier, comme un grand spécialiste. L'écriture et la lecture, enfin, qui lui permettent de garder une activité intellectuelle. C'est la première tentative de l'auteur dans le genre érotique. Son roman a un fil conducteur qui est autobiographique mais il est totalement construit sur des observations et des inventions. L'auteur a adapté ce livre dans une variante destinée aux U.S.A. Le cadre ainsi que de nombreuses situations ont été modifiés et modulés pour le lecteur d'outre-Atlantique. Cette version s'intitule « A penis named Pavlov », elle est signée d'un autre pseudonyme : Patchy ALIAS SANTI-LUZ. Il a en préparation une nouvelle, complètement étrangère au milieu érotique.