William De Gaston

William De Gaston, diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, est anthroposociologue de la communication, chercheur scientifique, écrivain et enseigne l’anthroposociologie de la communication. L’auteur évolue dans le champ de la communication interpersonnelle, interactionnelle, l’analyse de la conversation et des théories de la communication, etc. Ethnographe du corps humain, ses champs d’étude comprennent l’anthroposociologie du corps, l’expressivité érotique du corps humain dans les phénomènes publicitaires et la communication non verbale englobant le langage silencieux, la gestuelle, y compris la communication verbale.

C’est en étudiant La sociologie du sourire ou Le pouvoir de la séduction que l’auteur a dégagé l’hypothèse sur les aisselles de la femme qui jouent un rôle fondamental dans la publicité comme phénomène et dans la communication sociale. Pourquoi la présence effective des aisselles dans le champ de la publicité et dans les médias ? Parce que c’est le corps humain qui est mis au cœur de l’action langagière du social, de la culture, de la politique et de l’Économique.

En effet, tout est retourné au corps humain au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Ce corps qui a souffert physiquement et psychologiquement, violenté, torturé, martyrisé, et enfin libéré, qu’on doit chérir, oxygéner à l’air libre de la lumière avec la complicité de l’Économique. L’auteur démontre dans ses analyses que tout ce que nous consommons passe par le corps : nous consommons le corps avant le produit acheté. Le corps humain est devenu un élément central dans le monde social. En l’occurrence, les aisselles demeurent au carrefour de tout ; et tout doit passer par le corps qui sert de matrice de passage incontournable.

Thumbnail

William De Gaston, diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, est anthroposociologue de la communication, chercheur scientifique, écrivain et enseigne l’anthroposociologie de la communication. L’auteur évolue dans le champ de la communication interpersonnelle, interactionnelle, l’analyse de la conversation et des théories de la communication, etc. Ethnographe du corps humain, ses champs d’étude comprennent l’anthroposociologie du corps, l’expressivité érotique du corps humain dans les phénomènes publicitaires et la communication non verbale englobant le langage silencieux, la gestuelle, y compris la communication verbale.

C’est en étudiant La sociologie du sourire ou Le pouvoir de la séduction que l’auteur a dégagé l’hypothèse sur les aisselles de la femme qui jouent un rôle fondamental dans la publicité comme phénomène et dans la communication sociale. Pourquoi la présence effective des aisselles dans le champ de la publicité et dans les médias ? Parce que c’est le corps humain qui est mis au cœur de l’action langagière du social, de la culture, de la politique et de l’Économique.

En effet, tout est retourné au corps humain au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Ce corps qui a souffert physiquement et psychologiquement, violenté, torturé, martyrisé, et enfin libéré, qu’on doit chérir, oxygéner à l’air libre de la lumière avec la complicité de l’Économique. L’auteur démontre dans ses analyses que tout ce que nous consommons passe par le corps : nous consommons le corps avant le produit acheté. Le corps humain est devenu un élément central dans le monde social. En l’occurrence, les aisselles demeurent au carrefour de tout ; et tout doit passer par le corps qui sert de matrice de passage incontournable.

Afficher tous les 2 résultats

lectus id Donec Aliquam dapibus leo. venenatis nec porta.