Samuel Dorléans

L’auteur a une enfance douloureuse parce que laissé à l’orphelinat de quatre à huit ans. Cette époque l’éveille, aiguise sa curiosité. Enfant retors et surtout incompris, il étudie les règles de navigation de Paimpol. Il sillonne les mers du globe pendant quatre ans. Ces voyages lui donnent le goût de l’aventure. Il vit pendant un an dans le sud de l’Iran. Là, il prend de gros risques. Il s’approche des autochtones pour mieux les comprendre. De retour pour son service militaire, il modifie son parcours. Il réussit dans sa nouvelle activité, mais l’océan lui manque. Il décide de reprendre des études universitaires. La biologie marine le passionne. Il devient directeur d’un port de pêche. Il navigue de nouveau à la voile dans les îles anglo-normandes. Une lecture sur Montségur amorce sa folle passion, son goût pour l’aventure le reprend. Il se lance dans une chimérique recherche, elle dure quarante ans. Il passe son temps entre la Bretagne et le Languedoc. Il étudie certaines archives, c’est une véritable enquête qu’il conduit. Il découvre dans les réserves de la BNF, des thèses du XIXe siècle abandonnées car contraires aux conventions, aux dogmes historiques. Il lit plus de 400 auteurs dont ceux d’Irlande du XVIIIe siècle. Il est le premier à pénétrer les couloirs qui conduisent au sanctuaire où somnole l’arche d’Alliance. À l’entrée, glissé dans des rails taillés dans le roc, le Bélier de Heth y est, figé pour l’Éternité.

Thumbnail

L’auteur a une enfance douloureuse parce que laissé à l’orphelinat de quatre à huit ans. Cette époque l’éveille, aiguise sa curiosité. Enfant retors et surtout incompris, il étudie les règles de navigation de Paimpol. Il sillonne les mers du globe pendant quatre ans. Ces voyages lui donnent le goût de l’aventure. Il vit pendant un an dans le sud de l’Iran. Là, il prend de gros risques. Il s’approche des autochtones pour mieux les comprendre. De retour pour son service militaire, il modifie son parcours. Il réussit dans sa nouvelle activité, mais l’océan lui manque. Il décide de reprendre des études universitaires. La biologie marine le passionne. Il devient directeur d’un port de pêche. Il navigue de nouveau à la voile dans les îles anglo-normandes. Une lecture sur Montségur amorce sa folle passion, son goût pour l’aventure le reprend. Il se lance dans une chimérique recherche, elle dure quarante ans. Il passe son temps entre la Bretagne et le Languedoc. Il étudie certaines archives, c’est une véritable enquête qu’il conduit. Il découvre dans les réserves de la BNF, des thèses du XIXe siècle abandonnées car contraires aux conventions, aux dogmes historiques. Il lit plus de 400 auteurs dont ceux d’Irlande du XVIIIe siècle. Il est le premier à pénétrer les couloirs qui conduisent au sanctuaire où somnole l’arche d’Alliance. À l’entrée, glissé dans des rails taillés dans le roc, le Bélier de Heth y est, figé pour l’Éternité.

2 résultats affichés