Pierre Herrmann

Très attiré par la montagne, l’auteur a souvent séjourné à Serre Chevalier : lorsque le temps était incertain, il fréquentait une petite bibliothèque consacrée en bonne partie à l’histoire locale. Or le col de Montgenèvre, tout proche, constitue le seul col transalpin mentionné sur tous les itinéraires antiques. Il s’est pris de passion pour cette voie et l’a étudiée d’une manière non conventionnelle : par son activité professionnelle – la métrologie – il était familier des méthodes d’analyse délicates, telle la pertinence des données dans un contexte donné. Il s’est alors aperçu que presque tout ce qu’on en a dit était erroné et a publié un livre Itinéraires des voies romaines. Puis, en généralisant ses recherches, il s’est rendu compte que nous disposons de bien des données fiables sur les anciennes routes, le tout étant de savoir où chercher et comment le faire, en évitant de donner à des anecdotes pittoresques une validité qu’elles n’ont jamais prétendu avoir. Le reste, ce pour quoi il n’y a pas de réponses, correspond souvent à des questions mal posées ou à des présupposés inopportuns…

Thumbnail

Très attiré par la montagne, l’auteur a souvent séjourné à Serre Chevalier : lorsque le temps était incertain, il fréquentait une petite bibliothèque consacrée en bonne partie à l’histoire locale. Or le col de Montgenèvre, tout proche, constitue le seul col transalpin mentionné sur tous les itinéraires antiques. Il s’est pris de passion pour cette voie et l’a étudiée d’une manière non conventionnelle : par son activité professionnelle – la métrologie – il était familier des méthodes d’analyse délicates, telle la pertinence des données dans un contexte donné. Il s’est alors aperçu que presque tout ce qu’on en a dit était erroné et a publié un livre Itinéraires des voies romaines. Puis, en généralisant ses recherches, il s’est rendu compte que nous disposons de bien des données fiables sur les anciennes routes, le tout étant de savoir où chercher et comment le faire, en évitant de donner à des anecdotes pittoresques une validité qu’elles n’ont jamais prétendu avoir. Le reste, ce pour quoi il n’y a pas de réponses, correspond souvent à des questions mal posées ou à des présupposés inopportuns…

Voici le seul résultat