Marjorie Grigoletto

Lorsqu’elle écrit en 2014, elle pressent que son devenir est mis en jeu du fait de son origine et de moments de vie essentiels. L’écriture lui permet de mettre en lumière tout le chemin qu’elle a parcouru, mais aussi tout ce qui se cache au fond d’elle, car elle est l’enjeu de multiples personnalités, de stratifications ininterrompues de l’être et de l’existant. Pour sortir de cette contemplation, elle décide d’écrire le contenu de sa vie. En 2017, elle reçoit un signe fort lorsqu’une libellule pénètre son espace. Elle perçoit cette intrusion comme un message d’alerte : ses comportements l’entrainent irrémédiablement vers une destinée prématurée, sa mort.
« L’art est un anti-destin » selon André Malraux Elle se doit d’écrire à nouveau pour changer cette fin malheureuse. Guidée par sa quête de l’esthétique de l’œuvre, elle écrit pour assouvir son besoin d’introspection, la soif de comprendre son fonctionnement, dans le bonheur. Elle évoque le passé pour combattre l’impossible figement du présent, son imagination fait le reste…

Thumbnail

Lorsqu’elle écrit en 2014, elle pressent que son devenir est mis en jeu du fait de son origine et de moments de vie essentiels. L’écriture lui permet de mettre en lumière tout le chemin qu’elle a parcouru, mais aussi tout ce qui se cache au fond d’elle, car elle est l’enjeu de multiples personnalités, de stratifications ininterrompues de l’être et de l’existant. Pour sortir de cette contemplation, elle décide d’écrire le contenu de sa vie. En 2017, elle reçoit un signe fort lorsqu’une libellule pénètre son espace. Elle perçoit cette intrusion comme un message d’alerte : ses comportements l’entrainent irrémédiablement vers une destinée prématurée, sa mort.
« L’art est un anti-destin » selon André Malraux Elle se doit d’écrire à nouveau pour changer cette fin malheureuse. Guidée par sa quête de l’esthétique de l’œuvre, elle écrit pour assouvir son besoin d’introspection, la soif de comprendre son fonctionnement, dans le bonheur. Elle évoque le passé pour combattre l’impossible figement du présent, son imagination fait le reste…

Voici le seul résultat