Laurence Joubert-Defoort

Maman de trois garçons devenus de jeunes adultes autonomes et professeure d’anglais en lycée à Villeneuve-sur-Lot, Laurence Joubert-Defoort a trois passions : la peinture, les voyages et l’écriture. Mais voilà̀ : pour écrire, il faut du temps. Or, du temps, jusqu’à l’aube de ses cinquante ans, elle n’en avait pas — ou très peu… jusqu’à la période de confinement du printemps 2020 qui a été pour elle une superbe libération créatrice et libératrice. Le résultat ? Une première série de nouvelles d’abord éditée en 2020, faisant le portrait de personnages divers et variés dont le titre est Il faut parfois aller loin pour se retrouver. Les personnages de ce deuxième recueil, apparu en 2021, sont à nouveau pleins d’humanité ; ils voyagent, ils aiment, ils essaient de survivre ou tout simplement d’être heureux. Comme nous tous…

Thumbnail

Maman de trois garçons devenus de jeunes adultes autonomes et professeure d’anglais en lycée à Villeneuve-sur-Lot, Laurence Joubert-Defoort a trois passions : la peinture, les voyages et l’écriture. Mais voilà̀ : pour écrire, il faut du temps. Or, du temps, jusqu’à l’aube de ses cinquante ans, elle n’en avait pas — ou très peu… jusqu’à la période de confinement du printemps 2020 qui a été pour elle une superbe libération créatrice et libératrice. Le résultat ? Une première série de nouvelles d’abord éditée en 2020, faisant le portrait de personnages divers et variés dont le titre est Il faut parfois aller loin pour se retrouver. Les personnages de ce deuxième recueil, apparu en 2021, sont à nouveau pleins d’humanité ; ils voyagent, ils aiment, ils essaient de survivre ou tout simplement d’être heureux. Comme nous tous…

2 résultats affichés