Joël Suire

À l’issue de ses études d’ingénieur géomètre-topographe, Joël Suire est entré au CNRS dans un laboratoire d’archéologie. Il participe à des missions de terrain à l’étranger, la plupart en conditions difficiles, pour y assurer les fonctions de topographe, mais également d’architecte, de dessinateur ou de photographe. Et c’est en outre pour pouvoir classer les centaines de photographies rapportées de ces opérations qu’il rédige un journal de campagne. Il a ainsi accumulé une cinquantaine de cahiers provenant de régions diverses (Iraq, Yémen, Turkménistan, Mongolie, Chine, Ouzbékistan, Mauritanie, Syrie, Tadjikistan, Crète, Pakistan, Ladakh…) dans lesquels, outre les notes du quotidien, il fait part d’impressions plus larges sur les contrées traversées, les personnes rencontrées ou les évènements observés. Ni écrivain, ni archéologue, ses textes témoignent cependant d’un aspect méconnu de l’archéologie : la vie des équipes de recherche sur le terrain. Ce sont précisément ses collègues archéologues qui l’ont incité à les publier.

Thumbnail

À l’issue de ses études d’ingénieur géomètre-topographe, Joël Suire est entré au CNRS dans un laboratoire d’archéologie. Il participe à des missions de terrain à l’étranger, la plupart en conditions difficiles, pour y assurer les fonctions de topographe, mais également d’architecte, de dessinateur ou de photographe. Et c’est en outre pour pouvoir classer les centaines de photographies rapportées de ces opérations qu’il rédige un journal de campagne. Il a ainsi accumulé une cinquantaine de cahiers provenant de régions diverses (Iraq, Yémen, Turkménistan, Mongolie, Chine, Ouzbékistan, Mauritanie, Syrie, Tadjikistan, Crète, Pakistan, Ladakh…) dans lesquels, outre les notes du quotidien, il fait part d’impressions plus larges sur les contrées traversées, les personnes rencontrées ou les évènements observés. Ni écrivain, ni archéologue, ses textes témoignent cependant d’un aspect méconnu de l’archéologie : la vie des équipes de recherche sur le terrain. Ce sont précisément ses collègues archéologues qui l’ont incité à les publier.

Afficher tous les 2 résultats

tristique libero dolor. consectetur Phasellus dolor libero Nullam Lorem at quis ipsum