Elen d'Acremont

Elen d’Acremont a grandi dans une famille très nombreuse, dans la France de l’Ouest et à Paris. Elle choisira plus tard de s’installer avec son mari en Bretagne-Nord, dans une nature sauvage, où le climat, les paysages et les habitants sont sculptés dans l’authenticité. Ses goûts la portent vers les Sciences Humaines, les arts, l’enfance, mais elle « fera médecine », la médecine qui l’intéresse n’est pas une médecine d’organe, mais une médecine de l’humain, dans sa globalité. Elle sera médecin rééducateur.
Son viatique, c’est la conviction que chacun, quel que soit le traumatisme rencontré, a droit à une seconde chance, qu’il faut l’aider à construire. Elle choisit délibérément le concept de Résilience, de préférence au fatalisme. Après avoir exercé la médecine comme humanitaire en Corée du Sud, elle choisira d’exercer son métier à l’hôpital public, par conviction.
Retraitée, et heureuse grand-mère, elle s’est investie auprès des chiffonniers, puis des détenus. Rattrapée à son tour par le handicap, elle doit s’adapter… dans des activités à tonalité humaniste ou artistique.

Thumbnail

Elen d’Acremont a grandi dans une famille très nombreuse, dans la France de l’Ouest et à Paris. Elle choisira plus tard de s’installer avec son mari en Bretagne-Nord, dans une nature sauvage, où le climat, les paysages et les habitants sont sculptés dans l’authenticité. Ses goûts la portent vers les Sciences Humaines, les arts, l’enfance, mais elle « fera médecine », la médecine qui l’intéresse n’est pas une médecine d’organe, mais une médecine de l’humain, dans sa globalité. Elle sera médecin rééducateur.
Son viatique, c’est la conviction que chacun, quel que soit le traumatisme rencontré, a droit à une seconde chance, qu’il faut l’aider à construire. Elle choisit délibérément le concept de Résilience, de préférence au fatalisme. Après avoir exercé la médecine comme humanitaire en Corée du Sud, elle choisira d’exercer son métier à l’hôpital public, par conviction.
Retraitée, et heureuse grand-mère, elle s’est investie auprès des chiffonniers, puis des détenus. Rattrapée à son tour par le handicap, elle doit s’adapter… dans des activités à tonalité humaniste ou artistique.

Voici le seul résultat