Daniel Cassier

Daniel Cassier naît en 1936 à Bagnolet. Son père étant fait prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne. Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet.

Il obtient le certificat d’études primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il deviendra chef de bureau d’études. 1956, c’est le service militaire, 27 mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958, à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Fin 1958, retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir.

À cinquante ans, il s’investit dans le syndicalisme actif, licencié à cinquante-six ans, il poursuit dans le syndicalisme judiciaire.

À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé. Il se lance alors dans l’écriture. Il devient un observateur du temps qui passe. Son dixième livre traite des amours enfantines et des pouvoirs qui en découlent.

Thumbnail

Daniel Cassier naît en 1936 à Bagnolet. Son père étant fait prisonnier en juin 1940, Daniel est « placé » à la campagne. Cette situation va très probablement déterminer ses engagements futurs. À la fin de la guerre, Daniel découvre père, mère et sœur à Bagnolet.

Il obtient le certificat d’études primaires, puis un CAP d’ajusteur. Il deviendra chef de bureau d’études. 1956, c’est le service militaire, 27 mois en Afrique du Nord. Le 13 mai 1958, à Alger, il assiste incrédule à la prise du pouvoir par l’armée. Fin 1958, retour à la vie civile, le travail est abondant, il n’y a qu’à choisir.

À cinquante ans, il s’investit dans le syndicalisme actif, licencié à cinquante-six ans, il poursuit dans le syndicalisme judiciaire.

À soixante ans, il est breveté pilote d’avion privé. Il se lance alors dans l’écriture. Il devient un observateur du temps qui passe. Son dixième livre traite des amours enfantines et des pouvoirs qui en découlent.

10 résultats affichés