Anne Lacroix

Anne Lacroix est née en mai 1968 à Paris. Elle a enseigné en primaire en tant que professeure des écoles pendant vingt-cinq ans (dont un an au Canada à Calgary) avant de se tourner vers l’artisanat d’encadrement et de privilégier et approfondir diverses pratiques artistiques dans le Doubs où elle vit.
De nature vagabonde, Anne a assorti ses lectures ou rencontres avec certaines populations autochtones d’Amérique d’une observation acérée de la nature dans laquelle elle s’immerge, ainsi que de la posture que l’Homme y prend (ou n’y prend plus). Son goût pour la psychologie, la philosophie, le chamanisme et la transmission de « savoirs-être » l’a parallèlement amenée à s’intéresser au langage, à l’existence et à la perception, toujours dans le but de « déprendre » l’Homme de sa vie d’« aborigène déçu ».
Tout ceci dans des allers-retours réguliers avec le geste qu’est la marche en milieu naturel. Son aptitude à capter l’instant l’a naturellement menée à écrire des poèmes courts en prose, au rythme de son souffle propre. Elle nous transporte dans des paysages d’Islande, du Doubs ou du Lot, sur ses pas et le long de ses pensées.

Thumbnail

Anne Lacroix est née en mai 1968 à Paris. Elle a enseigné en primaire en tant que professeure des écoles pendant vingt-cinq ans (dont un an au Canada à Calgary) avant de se tourner vers l’artisanat d’encadrement et de privilégier et approfondir diverses pratiques artistiques dans le Doubs où elle vit.
De nature vagabonde, Anne a assorti ses lectures ou rencontres avec certaines populations autochtones d’Amérique d’une observation acérée de la nature dans laquelle elle s’immerge, ainsi que de la posture que l’Homme y prend (ou n’y prend plus). Son goût pour la psychologie, la philosophie, le chamanisme et la transmission de « savoirs-être » l’a parallèlement amenée à s’intéresser au langage, à l’existence et à la perception, toujours dans le but de « déprendre » l’Homme de sa vie d’« aborigène déçu ».
Tout ceci dans des allers-retours réguliers avec le geste qu’est la marche en milieu naturel. Son aptitude à capter l’instant l’a naturellement menée à écrire des poèmes courts en prose, au rythme de son souffle propre. Elle nous transporte dans des paysages d’Islande, du Doubs ou du Lot, sur ses pas et le long de ses pensées.

Voici le seul résultat