Adrien N’Dayegamiye

Adrien N’Dayegamiye est né au Burundi et il est citoyen canadien depuis 1985. Il a effectué ses études en Europe, et depuis trente ans, il occupe un poste de chercheur scientifique à l’institut de recherche et développement en agro-environnement (IRDA) à Québec, Canada. Et depuis tout ce temps, il a griffonné sans cesse des rimes et bien des récits sur la vie et le triomphe des gens hors du commun, nés au hasard sur les rives du monde, et qu’il a croisés sur le train de sa vie. Leur existence complexe et pourtant heureuse est racontée dans ses ouvrages.
Depuis 2014, l’auteur a effectué la publication de deux romans « Hymne de la joie au Bahutustan et La Petite Italie » ainsi qu’un recueil de poésie « Le Nil comme le Sahara ». Son dernier roman « Les femmes du Jubaland » présente la vie de six personnages dont certains vivent en Belgique et d’autres au Jubaland, pays de monts et de fleuves et contrées de transhumance. L’auteur s’est laissé entraîner par les protagonistes dont il dessinait la prédestinée, mais qui ont finalement dévié de leur voie en lui imposant leur route.

Thumbnail

Adrien N’Dayegamiye est né au Burundi et il est citoyen canadien depuis 1985. Il a effectué ses études en Europe, et depuis trente ans, il occupe un poste de chercheur scientifique à l’institut de recherche et développement en agro-environnement (IRDA) à Québec, Canada. Et depuis tout ce temps, il a griffonné sans cesse des rimes et bien des récits sur la vie et le triomphe des gens hors du commun, nés au hasard sur les rives du monde, et qu’il a croisés sur le train de sa vie. Leur existence complexe et pourtant heureuse est racontée dans ses ouvrages.
Depuis 2014, l’auteur a effectué la publication de deux romans « Hymne de la joie au Bahutustan et La Petite Italie » ainsi qu’un recueil de poésie « Le Nil comme le Sahara ». Son dernier roman « Les femmes du Jubaland » présente la vie de six personnages dont certains vivent en Belgique et d’autres au Jubaland, pays de monts et de fleuves et contrées de transhumance. L’auteur s’est laissé entraîner par les protagonistes dont il dessinait la prédestinée, mais qui ont finalement dévié de leur voie en lui imposant leur route.

Voici le seul résultat