27 mars 2018

Satiou Werlin

Lors de ma recherche d’éditeur j’ai vite compris que je découvrais un monde. A force de fréquenter les sites d’auto-édition, d’édition à compte d’auteur, les forums, les partages d’expériences (bons ou mauvais), je ne savais plus trop où j’en étais. J’ai compris qu’il fallait me décider sur ce que je voulais, ce que je ne voulais pas et organiser ma recherche en fonction.
Je voulais :
– être édité en format papier et électronique,
– avoir un service de correction du texte inclus dans le contrat,
– éviter le maximum d’administratif.

Ma recherche orienté, j’ai envoyé mes textes à trois éditeurs proposant un contrat à compte d’éditeur. Deux m’ont répondu, dont les éditions Sydney Laurent.

A partir de ce moment, j’ai orienté ma décision vers Sydney Laurent car le contrat comportait ce que je recherchais. Le plus qui m’a convaincu : une première lecture de sélection par un comité de lecture.
J’ai eu une inquiétude passagère sur le prix à payer. J’ai toujours entendu qu’un contrat à compte d’auteur ne coutait rien à un auteur, voir prévoyait un à valoir. Or je devais payer le travail du graphiste et le travail de la correctrice.J’ai hésité, réfléchis.
En passant par un compte d’auteur, je n’aurai pas de correction, je n’aurai pas de graphiste pour la mise en page, ni édition au format papier.
En tentant d’envoyer mes manuscrits à de grands groupes, je prenais le risque d’attendre encore et encore.
J’ai bien fouillé le site des éditions Sydney Laurent, relu des commentaires, visité les pages des différents auteurs… tout cela m’a rassuré. J’ai signé.

Depuis, tout s’est bien passé. La correction, la mise en page, le graphisme de couverture… par téléphone et mail.
A chaque service, compta, relation auteur, graphiste, correctrice, l’accueil a toujours été professionnel, sympathique et détendu. c’est agréable.
Entre le moment où j’ai signé le contrat et la publication, il s’est passé environ deux mois.

Et voila mon livre parti faire sa vie auprès, j’espère, d’un maximum de lecteurs !