Sur les ailes d’un papillon

(1 avis client)

10.99 22.90 

La vie peut être un terrible fardeau pour Florent, ce jeune papa divorcé aux prises avec ses démons intérieurs. Alcoolique, mélancolique et instable, il observe son monde s’effondrer un peu plus chaque jour.
S’il ne pouvait s’accrocher à l’amour qu’il porte pour son chien, sa petite fille et la bouteille, il le sait, il ne serait déjà plus de ce monde.
Alors qu’il se bat violemment pour retrouver le goût de vivre, pour retrouver un sens à sa sombre existence, le bonheur finit par frapper à sa porte. Mais malgré tous ses efforts, son passé n’est jamais loin, semant sans pudeur les cadavres qu’ils tentent d’enfouir.
Ce livre vous immergera dans les limbes du cerveau torturé de Florent où vous y rencontrerez la folie à l’état brut, mais aussi « l’ombre », cette ignoble ombre qui habite dans les entrailles de chaque homme, et qui prend un malin plaisir à nous pousser au bord du précipice.
Paranoïa ? Personne malintentionnée ? Délire d’un homme brisé qui lutte vainement ? Qui ou qu’est-ce qui se cache derrière tous ses malheurs ? Il le pense, il le sait, ou pense le savoir ! On essaie de le détruire. Mais pourquoi ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Ce serait hypocrite de prétendre que nous n’aimons pas voir les autres dans le malheur, même si c’est de manière inconsciente. Quand tout autour de vous, vos proches, vos collègues, les inconnus et peut-être même votre famille nagent dans le bonheur, quelle sensation cela vous procure-t-il ? Vos rendez-vous auprès d’un bienheureux, le cœur sur la main pour partager une part de son bien-être ? Non, non, non ! Le bonheur d’autrui peut vite être sans intérêt et ne nourrit que celui qui en jouit au quotidien.

Mais le malheur, le vrai, le bon gros malheur, injuste et grossier, qui prend à la gorge et vous met à genoux, là il y a de la matière à travailler pour les bons samaritains du dimanche. Ceux qui prennent la croix et la bannière contre ce courroux qu’est la vie et vous tendent une main secourable… Qu’ils se sauvent eux-mêmes ! Ces hypocrites, qui se gavent de vos petits tracas, de vos pensées noires et de vos états d’âme. Ceux qui ne s’intéressent à vous que lorsque vous êtes acculé contre un mur, incapable de fuir, incapable de penser, de raisonner, de trouver l’échappatoire. Ils vous écoutent religieusement, hochant la tête avec beaucoup de compassion, peut-être même poseront-ils une main sur votre épaule et essayeront de vous prendre dans leurs bras. Ils s’accrochent à vous comme des sangsues, buvant à la santé du pauvre bougre, jouissant de se sentir utile, jouissant de se sentir moins malheureux que vous.

**************

Si mes bouteilles pouvaient parler, tout comme les murs, elles n’auraient que des secrets honteux à dévoiler. Elles pourraient narrer les longues soirées de débauche, ma langue fourrée dans leurs goulots, avant de m’endormir le bras autour de leur taille comme un amant pris par l’ivresse d’un soir. Elles raconteraient les masturbations honteuses auxquelles je m’adonnais, m’excitant sur des vidéos de gang bang violentes qui ne me faisaient plus assez d’effet à force de les visionner.

**************

J’ai parfois l’impression de regarder ma vie passer avec comme seul horizon le fond de ma bouteille. Tout est déformé, flou, sombre. Toutes les couleurs sont ternes. Chaque jour que je commence, je me fais la promesse de me reprendre en main, de trouver un objectif à atteindre. Au fond de moi survit un homme qui croit en l’espoir d’une vie meilleure, qui croit encore au bonheur, peut-être un peu naïvement.

**************

Elle faisait danser ses petits doigts dans le ciel. Après une pléthore de noms aussi étranges les uns que les autres, nous laissâmes un peu de côté les nuages. On profitait maintenant de l’instant présent, père et fille, riche de ces moments plus précieux, que tout l’or des Incas n’aurait pu acheter. Je refermai davantage mon bras sur elle et lui déposai un baiser sur le crâne. Elle me rendit cette marque d’affection en embrassant mon avant-bras.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

1 avis pour Sur les ailes d’un papillon

  1. Maxence Nicolas

    L’auteur nous livre un roman noir aussi tourmenté que son personnage ! Florent mène la narration d’une main de maître, parfois de façon intimiste mais la plupart du temps avec une certaine frénésie. Les actions, les rebondissements et les interrogations s’enchaînent avec force, bousculant le lecteur dans ses certitudes jusqu’à la toute dernière page. Les scènes sensuelles associées à des moments plus noirs apportent un bel équilibre à l’ensemble. A la fois héros et anti-héros, Florent reste attachant par ses peurs, ses doutes et sa folie. Malgré tout, l’espoir et l’amour véhiculent un message positif.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : JackZak

Depuis sa plus tendre enfance, Florian s'essaie à l'écriture. Il écrit sa première nouvelle à huit ans, inspiré par la saga des Chair de poule qu'il collectionne. Plus tard, adolescent, il poursuivra l'écriture de nouvelles noires ; ce domaine, il l'apprécie particulièrement pour tenir en haleine ses quelques lecteurs. Il laissera de côté l'écriture de nombreuses années, préoccupé par ses études et les divers projets qu'il met en place. C'est un "touche à tout" et un amoureux de la vie, mais il se rend vite compte que quelque chose manque à son quotidien. Un soir, il se saisira de quelques feuilles volantes pour écrire le premier chapitre de Sur les ailes d'un papillon. Et quel plaisir de renouer avec ce qui avait toujours été une passion ! Il s'inspirera de ses expériences personnelles mais surtout professionnelles pour la construction de son univers. En effet, exerçant comme éducateur spécialisé dans l'accompagnement psycho-éducatif, il rencontrera des personnes atypiques et riches de leurs vécues, parfois tragiques, parfois embrassant l'espoir. C'est de ce matériel qu'il façonna "Florent", son protagoniste torturé et attachant.