Quand le Bayern Munich de Franz Beckenbauer et de Gerd Muller dominait l’Europe et le Monde 1972-1976.

10.99 

Avec des footballeurs d’exception comme Franz Beckenbauer, Gerd Muller, Sepp Maier, Uli Hoeness, Paul Breitner, Franz Roth, Hans-Georg Schwarzenbeck, le Bayern Munich domina le football européen au milieu des années 1970 en remportant 3 coupes d’Europe des clubs champions consécutivement en 1974, 1975 et 1976. 6 joueurs de la formation bavaroise constituèrent également l’ossature de la RFA championne d’Europe des nations en 1972 et championne du monde en 1974.
Cependant dans la mémoire collective du football européen et français les succès bavarois ne furent pas reconnus à leur juste valeur. Accusée tantôt d’être une équipe chanceuse, défensive, réaliste comme les formations italiennes, uruguayennes et argentines, le Bayern Munich et l’Allemagne de l’Ouest avec son ossature bavaroise commirent le crime de lèse-majesté pour les « idéalistes » et les « romantiques » du football de battre les « magnifiques » Pays-Bas de Johan Cruyff en finale de la coupe du monde le dimanche 7 juillet 1974, et pour les Français de battre l’AS Saint-Étienne en finale de la coupe d’Europe des clubs champions le 12 mai 1976. Le Bayern Munich, une sorte de Wehrmacht à visage humain, aurait imposé son hégémonie en Europe et dans le monde en bâtissant uniquement ses victoires sur les traditionnelles vertus du football allemand : efficacité, puissance physique, qualités mentales. Le Bayern Munich et la RFA auraient par conséquent été efficaces mais sans toutefois être capables de séduire les amateurs du beau jeu.
Dans son huitième ouvrage Antoine Camacho remet en cause cette vision caricaturale marquée encore par les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale, les victoires du Bayern Munich et de la RFA ayant eu lieu trente ans après ce conflit terriblement meurtrier. Si les victoires bavaroises et allemandes reposèrent en effet sur les vertus traditionnelles du football allemand, efficacité, puissance physique, qualités mentales, refus de la défaite jusqu’à la dernière seconde de la rencontre, elles reposèrent également sur un football portée sur l’attaque incarnée par le meilleur attaquant de l’histoire du football, Gerd Muller, ainsi que des qualités techniques et une intelligence tactique incarnée par le meilleur football allemand de l’histoire, Franz Beckenbauer. Le Bayern Munich de Franz Beckenbauer et de Gerd Muller fut la synthèse réussie de l’Internazionale d’Helenio Herrera et du tout à l’attaque de Moenchengladbach.
En équipe nationale la RFA avec l’ossature bavaroise disputa entre 1970 et 1976 des matchs beaucoup plus spectaculaires que les Pays-Bas de Johan Cruyff (qui brilla surtout face à des équipes sud-américaines au creux de la vague dans les années 1970), le RFA-Angleterre et le RFA-Italie lors de la coupe du monde 1970 au Mexique, Angleterre-RFA et RFA-URSS au cours du Championnat d’Europe 1972, RFA-Suède la meilleure rencontre de la coupe du monde 1974, Yougoslavie-RFA et Tchécoslovaquie-RFA au cours du championnat d’Europe 1976.

Effacer

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Quand le Bayern Munich de Franz Beckenbauer et de Gerd Muller dominait l’Europe et le Monde 1972-1976.”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Antoniocamacho

Antoniocamacho, jeune, était et est demeuré un passionné de football, l’ayant pratiqué comme des millions de jeunes. Il est également un passionné d’histoire, ayant obtenu un DEA ( Master 2 ) d’histoire en 1998 à l’Université Paris VIII. Cet ouvrage a permis à antoniocamacho de concilier ses deux passions le football et l’histoire. Après son premier ouvrage sur le réal Madrid et la coupe d'Europe depuis 60 ans, gloire, honneurs et conquêtes internationales du plus grand club du monde. Victor Martins analyse cette fois-ci avec passion rivalité madrilène entre le réal Madrid et l'Atlantico Madrid, devenu Clasico du football européen au cours de la décennie 2010. Les deux rivaux madrilènes s'étant affrontés quatre fois consécutives entre 2014 et 2017 en ligue des Champions, en finale en 2014 à Lisbonne au stade de la Luz, en quart de finale en 2015, en finale à Milan au Stade Guiseppe Meazza en 2016, en demi-finale en 2017. Entre riffs sauvages de Jimmy Page, Ritchie Blackmore, Tony Iommi, Pete Townshend et Bryan May, bastons aux abords des stades anglais type Chadwell et buts à la pelle de Kevin Keegan, Ian Rush, Kenny Dalglish, Billy Bremmer, Trevor Francis, Denis Law, George Best, Bobby Charlton, le septième ouvrage de Victor Martins est un témoignage nostalgique de l’âge d’or de la culture pop britannique dans le domaine du football et du rock’n’roll. Après l'analyse des grands clubs espagnols, Real Madrid, FC Barcelone, Atletico Madrid, les grands clubs italiens, Juventus Turin, Milan AC, Internazionle, les grands clubs anglais, une biographie croisée de Pelé et Eusébio, Antoine Camacho s'attaque dans son huitième ouvrage à l'étude de l'âge d'or du Bayern Munich celui de Franz Beckenbauer et Gerd Muller.