Profession : apprenti-espion – L’espion britannique Bill

Noté 5.00 sur 5 basé sur 2 notations client
(2 avis client)

10.99 19.90 

La première aventure d’un homme déterminé à une vocation d’espion sans en avoir le gabarit…
De nature chétive, mais espiègle et doté d’un timbre vocal équivoque, il hérite successivement de ses aïeux, peu de temps après avoir abandonné des études qui ne l’ont jamais vraiment intéressé, d’une demeure imposante dotée d’un domestique bourru qui n’a pas la langue dans sa poche, ainsi que d’une fortune non négligeable.
Décidé à accomplir son rêve de devenir agent secret, il part au fin fond de l’Afrique équatoriale dans un centre spécialisé, avec d’autres stagiaires fortunés, afin d’en découdre avec les techniques de survie comme tout espion qui se mérite.
Il ne se doute pas un instant qu’un piège, orchestré par l’instructeur principal de ce complexe qui a déjà plus d’une richissime victime à son actif, va se refermer sur lui pour une extorsion de fonds dans les règles de l’art.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS

Le domestique boita sur les quatre marches et marmonna tout en rangeant le bagage dans le coffre de la Rolls :

— Je me vengerai !

— Là-dessus, je te fais confiance ! La seule chose que je te demande, c’est d’éviter les débordements durant mon absence et de traumatiser Mém’Hurd avec tes cochonneries, c’est pigé ?

— Mouais…

— Tu donneras à manger aux oiseaux, d’accord ?

— Yéiii, fit Victor en levant les yeux au ciel, je vais les estourbir les moineaux !

— Ce ne sont pas des moineaux, mais des canaris, ignare !

— Quelle importance ! Déplumés et sur le gaz, on ne verra plus la différence !

— Amuse-toi à ça, et Mém’Hurd te fera la fête, toute fluette qu’elle est !

— Oh, je ferai un trou dans le jardin pour la vioque !

Prends tes fantasmes tordus pour la réalité, Victor ! Pour ton information, j’ai mémorisé sur mon portable le numéro des autorités locales au cas où une descente en règle s’imposerait à Pirie’s Cottage. Tes frasques passées sous le règne de tes maîtres précédents me sont revenues aux oreilles, alors j’ai pris mes précautions ! Donc, pas d’orgies et surtout pas de séances X sur grand écran, compris ?

— Je m’en fous, je me…

— Je me quoi ?

— Je…

— Je quoi ? redemanda Bill en hurlant. Bonnes vacances, Victor !

Il démarra en trombe devant le domestique abasourdi qui reçut en cadeau de départ une pelletée de gravillons. Le majordome poussa un cri, pendant que Mém’Hurd mettait les mains devant la bouche en signe de protestation sur la façon de conduire de son petit-fils. Au bout de dix mètres, la Rolls pila, puis les feux de recul s’allumèrent et la voiture revint à son point de départ. Victor avait cessé de crier dès que la voiture avait commencé sa marche arrière. Le conducteur actionna le lève-vitre électrique et s’adressa à son employé :

— Ah, au fait, le trou dans le jardin pour Mém’Hurd, oublie-le ! Ailleurs que sous mon gazon, vu ? Le paysagiste me coûte suffisamment cher comme cela sans me faire des trous supplémentaires !

Bill esquissa un sourire narquois et redémarra aussi vite que la première fois. Victor reçut à nouveau une quantité non négligeable de gravillons et se remit à crier de plus belle devant Mém’Hurd, sur le seuil du perron, les mains toujours jointes devant son visage.

 

Jorgen frappa d’un coup sec la table qui l’accueillait avec son bâton d’instructeur en vociférant :

— On se lève pour saluer vos instructeurs ! Je veux de l’ordre et de la discipline ! Sachez qu’à compter de ce jour, votre mode de vie sera calqué sur celui d’un camp d’entraînement militaire ! Les marioles, vous les ferez après trois semaines de stage, si vous en avez encore le cran !

Dans un minimum de bruit, neuf des recrues se levèrent. Bill, totalement absorbé par la nourriture musicale que lui diffusait son iPad, continuait de manger tout en fredonnant le morceau sélectionné. Richardson essaya de faire un geste discret pour signaler à Bill la présence de Jorgen, mais rien n’y fit. L’instructeur passa derrière la table pour arriver dans le dos du futur espion qui continuait à chantonner :

— Envoie-moi un SOS ! Envoie-moi un SOS !

Jorgen saisit rapidement le baladeur, augmenta d’un coup le volume sonore et arracha violemment le casque des oreilles de Bill qui hurla :

— Vous êtes fou ? J’ai failli avoir une attaque !

— Je vais vous en envoyer, moi, des SOS ! hurla Jorgen, vous vous croyez encore au réfectoire de l’université ? Confiscation de cet appareil jusqu’à nouvel ordre ! Vous n’êtes pas ici pour rigoler, avec votre voix à la Callas, recrue !

Hughes articula silencieusement le nom du stagiaire à l’attention de son lieutenant qui savait déjà à qui il avait affaire, sans l’aide de son supérieur :

— Vous êtes donc Bill Hurd, n’est-ce pas ?

— Oui, et vous, tortionnaire ? questionna l’intéressé.

— Je suis Karl Jorgen, répondit l’instructeur en s’adressant cette fois à toute la table. J’ai la responsabilité de votre formation ainsi que des instructeurs chargés de vous la dispenser. Il ne sera toléré aucun tire au flanc ni déserteur ! Vous avez signé un contrat, nous respecterons notre part, à vous de vous montrer digne d’assumer la vôtre. Me suis-je bien fait comprendre, Monsieur Hurd ?

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

, ,

Format Livre

ISBN Livre

2 avis pour Profession : apprenti-espion – L’espion britannique Bill

  1. Note 5 sur 5

    evelathan (client confirmé)

    Bill, l’apprenti espion, est un personnage complexe et attachant. A la fois fragile et fort, enjoué et grave, il ne recule devant rien pour atteindre ses objectifs, car c’est avant tout un être passionné. Il nous entraîne dans ses aventures au cœur de la jungle, et on se laisse emporter par un rythme soutenu. Un livre très agréable à lire, et plein d’humour!

  2. Note 5 sur 5

    casale.sandrine

    Je n’ai pas pu le mettre de côté un instant, tellement que j’étais dedans avec Bill.
    Je le conseil, c’est une histoire prenante avec des rebondissements.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : J.P. Serpi

Comment vivre pleinement ses passions ? Ce qui aurait été la meilleure des choses lorsqu’on est jeune et que l’on a toujours rêvé d’embrasser une carrière d’artiste qui tourne court. On opte à contrecœur pour un choix professionnel plus terre à terre parce qu’on nous fait bien comprendre que ce n’est pas la peine de rêver, et que l’on ne connaît personne susceptible de nous aider… Alors, au fil des ans, on essaie tour à tour de faire partie d’un groupe de musiciens parce qu’on voulait être chanteur, d’écrire et de composer des chansons parce qu’on voulait être auteur-compositeur, de faire de trop rares incursions dans des courts métrages parce qu’on voulait être acteur, de jouer dans une pièce de théâtre et y interpréter le personnage central parce qu’on voulait être comédien, d’écrire des synopsis de pièces de théâtre, de romans parce qu’on voulait être écrivain, de s’attaquer à une bande dessinée en assurant le scénario et le graphisme parce qu’on a toujours voulu le faire… Tout ce qui aurait rythmé le quotidien d’un artiste accompli chaque jour qui passe… Et puis un jour, les technologies modernes se développent et l’on se remet à y croire…