Nour – Il dit avoir mis…tome 3

7.99 18.90 

Ce troisième tome de la trilogie commence par une sorte de saga familiale. Comme les deux précédents, il s’agit d’un parcours de développement personnel basé sur la psycho-généalogie. L’auteure y fait donc des comparaisons en basculant simultanément d’une époque à une autre, du présent au passé et vice-versa. De ce fait l’histoire ne se raconte pas dans un ordre chronologique.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Un tas d’interrogations auxquelles l’auteure va tenter de répondre. De recherches en découvertes, elle en est arrivée à la conviction profonde que notre passé émotionnel dirige notre vie à notre insu.

Après des siècles d’une éducation malmenée[1], l’Homme est de plus en plus affecté par les peurs et les doutes qui lui sont inculqués dès sa naissance, au point qu’il en a fait progressivement sa réalité. Aujourd’hui beaucoup évaluent la lourdeur provoquée en eux par cette méprise dont sont sortis des femmes et des hommes conditionnés dans des croyances essentiellement basées sur la peur. Pour nous en débarrasser, il est essentiel de tout reprendre à zéro. Cette démarche fondamentale est difficilement acceptable par le mental, dirigé depuis toujours par les peurs parentales, sociales ou religieuses. Les peurs sont donc le résultat de notre système de croyances et en partie alimentées par d’autres plus anciennes accumulées au cours des générations. L’origine de nos peurs se trouve dans l’héritage émotionnel de nos ancêtres auquel, tour à tour, nous rajoutons des couches supplémentaires. Une peur récente, donc consciente, dissimule toujours une peur inconsciente plus ancienne. Certaines sont même enseignées dans le but de bien faire à l’exemple de la maman qui surprotégera son enfant de peur qu’il ne lui arrive malheur. Surprotection trouvant sa source dans la peur de souffrir de la mère.

Les peurs sont des énergies paralysantes. Il est donc essentiel de réveiller celles qui sommeillent en nous afin de modifier les visions négatives que l’on en a conservées. Attractives et magnétiques, les peurs dirigent notre vie à notre insu.

Rompre avec un fonctionnement qui entasse en nous, comme par automatisme, doutes, remords, regrets, culpabilités, etc. est ardu, mais essentiel.

 

Le plus grand secret de l’humanité ne pourrait-il être dans ces deux questions : « Qui suis-je ? » et « Pourquoi je vis ? ».

 

Longtemps, Marie trouva sa vie totalement dénuée d’intérêt. Où qu’elle aille, elle était triste, mal à l’aise, en permanence torturée par ses oppositions intérieures. Incapable de lâcher prise face aux banalités de la vie quotidienne, elle ne cessait de reproduire, par automatisme, d’identiques schémas négatifs. Asservie par ses adversités, sa vulnérabilité, elle ancra dans son psychisme que son bonheur ne pouvait pas dépendre d’elle.

 

[1] Mal menée

Pour améliorer l’avenir, il est essentiel de ne plus nourrir ce style de croyances uniquement bonnes à jeter le trouble dans le mental. Marie l’ignorait !

Plus attentive aux signaux émis par le monde qui l’entoure, elle acquit progressivement un meilleur discernement l’amenant à dire que nous sommes tous des magiciens nantis de baguettes magiques ayant pour nom : émotions. Seulement voilà ! Nous aurions tendance à nous perdre entre les positives et les négatives, qu’il est essentiel de différencier non pas selon nos croyances erronées, mais selon les subtilités de la loi naturelle qui régit l’Univers[1].

Décortiquer son passé mena notre archéologue à l’évidence que les erreurs de l’Église et de la société asservissent les hommes depuis toujours. Erreurs dont sont sorties des traditions que chacun trouve aujourd’hui normal de respecter.

Dans la famille de Marie, par exemple, le suicide était une sorte de malédiction s’étant propagée sur plusieurs générations. Humainement, véhiculer un tel passé est difficilement acceptable.

Mais qui n’a pas eu à un moment ou à un autre de sa vie, un drame enregistré intérieurement en lettres de sang ?!

[1] Loi d’attraction

Le petit Roger

Le petit Roger mordait forcément à pleines dents sans méfiance dans son enfance lorsque, le 21 août 1928, la mort vint subitement le torturer. Réveillé à 1 heure du matin par le drame en train de s’abattre sur ses pauvres parents, tout dut se mélanger dans la tête du petit enfant de six ans qu’il était à l’époque. Enfant meurtri, en pleine construction de l’adulte colérique qu’il demeura toute sa vie.

Remontant l’histoire de son père, Marie s’émut en saisissant qu’à court de remèdes pour atténuer leurs propres souffrances, ses grands-parents n’avaient pas su trouver les mots pour le rassurer. D’ailleurs, son père n’évoqua jamais son enfance. Elle dut remonter le temps, décortiquer, voire « désenchevêtrer » un tas d’éléments et d’événements en s’appuyant sur sa propre histoire renfermant les pièces d’un puzzle le concernant. Une fois le puzzle reconstitué, la fille saisit que la disparition brutale de la petite Colette avait été l’agent déclencheur du mal d’exister du père.

Lors de la naissance de sa fille, vingt-deux ans après la mort de sa sœur, Roger avait insisté pour qu’elle porte le prénom de l’ange qu’il choisirait finalement d’aller prématurément retrouver. Magda avait cédé, mais seulement lorsqu’il avait consenti à rajouter Marie devant Colette. C’est ainsi que Magda et Roger avaient donné à leur fille un prénom composé.

La résonance négative du prénom Colette en moi provenait des souffrances laissées dans ma famille par la mort à deux ans et demi d’une petite Colette. La mort de cette petite fille, dont la courte existence me fut longtemps cachée, fut à l’origine de mon prénom composé.

 

Informations complémentaires

Format Livre

ISBN Livre

Version

,

ISBN Ebook

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Nour – Il dit avoir mis…tome 3”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marie Boissy

Marie Boissy est née en région parisienne. À dix-neuf ans, elle traverse un drame familial. Intéressée depuis toujours par le fonctionnement de la nature humaine, chercher un sens à sa vie, à la vie, fut dès lors sa principale préoccupation. À l’âge adulte, elle se passionne pour l’écriture. Ses ouvrages sont essentiellement basés sur son histoire ancienne qu’elle décortique en utilisant ses rêves, les étymologies, les noms, les prénoms qui renferment de précieux indices la concernant. À travers onze années de formation pratique, elle étudia et expérimenta la psychologie, sera formée à la science des symboles, à la psycho généalogie. Aujourd’hui pour elle, les mots sont des vibrations qui, répétés encore et encore avec conviction, se cristallisent et créent des situations. Happée de l’intérieur par l’inconscient, la spiritualité, le Trans générationnel, le goût de transmettre, d’accompagner, de participer à la guérison du monde, depuis 2008 elle partage ses connaissances de la psycho généalogie sur son forum. Aujourd’hui, disposant de temps l’auteure se consacre aussi à la photographie. Dans sa boite à images, elle met des fleurs, la nature, les animaux et elle utilise son âme créative à travers ses livres, son site. Que l’on soit connu ou inconnu, le monde fonctionne pour tout le monde de la même manière. C’est encore à découvrir dans son tout dernier ouvrage sur le point de paraître. Son rêve : voir ses livres adaptés pour le cinéma et il semblerait que… les rêves se réalisent pour ceux qui ont la force d’y croire