Mon Molière – Chroniques imaginaires et secrètes – L’École des imposteurs

9.99 20.90 

Deux parties distinctes et intimement liées. D’abord, des Chroniques imaginaires et secrètes, une sorte d’autobiographie provenant de la réalité et de l’imagination… Ensuite, une pièce de théâtre, comédie en cinq actes, en alexandrins, dont les deux héros sont d’une part Molière et d’autre part Louis XIV, l’intrigue tournant autour des mystères de la création des pièces de Jean-Baptiste et d’un complot débouchant sur un meurtre d’où vont devoir se dépêtrer tous les personnages… Un Molière connu et inconnu…

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Brand:

Description

« Dans l’église Saint-Eustache, il régnait un froid sépulcral. Mon père bafouilla quelques phrases insipides sur le cercueil de ma pauvre maman-soupir, puis le convoi se dirigea vers le cimetière des Saints-Innocents. Je m’étais attendu à un discours paternel plein de compassion et de tendresse retenues. Rien de tout cela. J’étais déçu. Au moment où le croque-mort, debout près de la fosse, s’apprêtait à donner l’ordre de l’y descendre, j’ignore ce qui me prit, je m’approchai solennellement du cercueil, devant lequel je m’agenouillai, puis y posai ma main droite tandis que je plaçai la gauche sur mon cœur et que, d’une voix bien claire et qui ne tremblait pas :

— Je te jure, ma petite mère, que tu seras fière de moi, quelque jour ! dis-je.

Puis, je me relevai et m’éloignai dans la stupéfaction générale. »

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Mon Molière – Chroniques imaginaires et secrètes – L’École des imposteurs”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Gérard Cadet

Retraité de l’Éducation nationale depuis 2009, Gérard Cadet, à soixante-dix ans, en est à l’écriture du cinquième roman de sa saga racontant les mésaventures de Loris et de toutes celles et tous ceux qui gravitent autour de lui, de la Bretagne au Périgord et à Venise… Les intrigues policières qui en font les ressorts dramatiques n’empêchent pas notre auteur de se souvenir avec mélancolie de ses années lycée-collège où l’étude des pièces de Molière avec ses élèves et les spectacles qu’ils montaient ensemble font partie intégrante de sa carrière de prof. Et voir des douze-seize ans se passionner pour Sganarelle, Martine, Harpagon, La Flèche, Philaminte, Trissotin, Argan ou Toinette, pour ne citer que ceux-là, a toujours été pour lui une récompense et un plaisir indéfinissables à son propre enthousiasme pour Jean-Baptiste Poquelin. De là à vouloir se l’approprier davantage par le biais d’une autobiographie de pure fantaisie et d’une pièce en cinq actes, en vers, il n’y avait qu’un pas à faire, sur une scène de théâtre… Le brigadier est là, tout près, dans l’attente de ses trois coups – qui sont bien plus que trois, les élèves le savent bien – qui vont bientôt retentir, lâchant la bride au trac, à la panique, au plaisir d’être devant un public et de tout oublier… tout, sauf son texte ! On y va !…