Ma mère, la beuh, la mort et moi

9.99 19.90 

Pendant deux ans, suivez Sébastien, accompagné par sa grande sœur Aurélie, dans son rapport particulier à sa mère, ses réflexions sur la société et la vie, les difficultés qu’il rencontre au fur et à mesure que la mort de Jeanne Marie, sa mère touchée de démence sémantique, approche.
Hôpital dépassé, administration étouffante, douleur de la perte, malbouffe et arnaques, rien ne leur sera épargné.

Effacer
UGS : N/A Catégories : , Brand:

Description

J’attends, plissant les yeux pour distinguer plus nettement la forme mouvante évoluant dans ma direction. C’est bien elle.

– La vache ! me dis-je intérieurement.

– Putain elle a vieilli !

Les cheveux raides et gris, la peau sur les os. Le plus frappant ? La vieillesse incrustée sur son visage, ses mains, son regard… À notre dernière entrevue, il y a 5 ans, elle avait encore des cheveux de couleur, s’habillait mieux et n’était pas courbée avec une sorte de bosse dans le dos. Ma mère est vieille.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

ISBN Livre

Version

,

Format Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Ma mère, la beuh, la mort et moi”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP_Term Object
(
    [term_id] => 7238
    [name] => Satiou Werlin
    [slug] => satiou-werlin
    [term_group] => 0
    [term_taxonomy_id] => 7403
    [taxonomy] => product_brand
    [description] => Né en 1974 à Paris, franco-algérien, il décide, après plusieurs voyages et plusieurs métiers, d’écrire. La perte de son père, de sa mère et d’un ami cher, en l’espace de trois ans, l’ont poussé à partager ses expériences douloureuses, tout en apportant une critique de la société à l’humour grinçant.
    [parent] => 0
    [count] => 1
    [filter] => raw
)

A propos de l'auteur : Satiou Werlin

Né en 1974 à Paris, franco-algérien, il décide, après plusieurs voyages et plusieurs métiers, d’écrire. La perte de son père, de sa mère et d’un ami cher, en l’espace de trois ans, l’ont poussé à partager ses expériences douloureuses, tout en apportant une critique de la société à l’humour grinçant.