L’ingénue des Folies Siffait

7.99 17.90 

Nantes, dans les années 1950.

Un dimanche, sur les bords de la Loire, une jeune fille disparaît. On pense tout de suite à un enlèvement au profit d’un harem exotique. Impuissante, la police souhaite classer l’affaire. Mais ce n’est pas du goût de son amie d’enfance qui va remuer ciel et terre pour retrouver la disparue. Ce qui va faire ressortir bien des secrets enfouis dans les cœurs et les caves de Nantes. Un récit truculent dans lequel s’entremêlent nos souvenirs bien réels et nombre de nos fantasmes.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

  1. 14/15

Au centre de la piste, quelques jeunes femmes appelaient l’attention. Avec leurs jolies robes fleuries, coupées au-dessus des genoux et laissant apercevoir des cuisses de nymphes ainsi que leurs capelines de paille jaune, ornées de roses et de jasmin, Juliette et ses amies menaient avec leurs cavaliers une danse endiablée : leurs passes et leurs cabrioles déclenchaient dans l’assistance des fous rires et des applaudissements admiratifs. Brusquement, il y eut un remous. En trois enjambées, Miko avait rejoint la petite troupe. Maintenant, il rythmait un paso-doble fougueux avec ses talons et une paire de claquettes qu’il avait sortie de sa poche. Les garçons, épuisés, s’étaient réfugiés à l’ombre et se faisaient servir un pastis bien frais. Mais Juliette était restée ainsi que Jeanne, la petite fiancée de Sylvestre Edy, et les deux filles de Yann Le Guer’ch, Gaëlle et Suzon. Le spectacle était inouï ! Le jeune homme un peu mièvre s’était transformé en un torero impétueux et dominateur et voici que les quatre jeunes filles, totalement subjuguées, virevoltaient autour de lui obéissant aux commandements qu’il leur donnait d’une voix rauque. Ballet médiéval, ballet tauromachique, ballet de la séduction, on pouvait dire ce qu’on voulait. C’était superbe ! François se surpassait et la musique ensorcelante de son paso-doble remuait bien des cœurs et des entrailles. Peu à peu, l’assistance, réveillée de ses torpeurs moites, se regroupa autour des jeunes danseurs. Les mains se mirent à claquer, d’abord hésitantes, puis enhardies, de plus en plus fort, de plus en plus vite. Les filles tournaient, rattrapées d’une main preste autour de leur taille par le splendide maestro, puis tour à tour renvoyées d’une pichenette sur les bords de la piste. Olé ! Olé ! Dans une dernière trille, le père François donna toute la mesure de l’Espagne, tandis que quatre toupies folles tournaient sur elles-mêmes. L’une d’entre elles vacilla : c’était Jeanne. Miko se précipita et avant qu’elle ne fléchisse sur ses genoux, il l’emporta dans ses bras…

 

  1. 107/108

Pour la quatrième fois, elle remonta le courant sur deux ou trois cents mètres. Dehors, en ce milieu d’après-midi, la chaleur était torride. Mais l’eau était scintillante et agréablement fraîche. C’était un vrai bonheur que de nager dans ce fleuve, par ailleurs si dangereux avec ses tourbillons mortels. Rien à craindre, pour l’instant, car la marée était presque étale et donc le courant paisible. Sous elle, il ne lui fallait pas penser aux centaines d’yeux qui la regardaient et aux crocs sauvages qui humaient sa chair, mais n’osaient y mordre. Un jour, l’un de ces monstres marins voudrait-il y goûter ? Combien de temps lui resterait-il pour regagner le rivage ? En aurait-elle le temps et la force ou bien serait-elle dévorée par les entrailles avant même que l’on s’en aperçoive du bord ? Qui pouvait savoir ? Depuis la plus haute antiquité, on n’avait jamais retrouvé la moindre trace des noyés de la Loire.

 

Son corps galbé, long et musclé fendait l’écume du fleuve. Elle avait chaussé des palmes fines qui la rendaient encore plus ondoyante. De la rive, on ne voyait que sa chevelure rousse, épanouie sur l’onde comme une fleur de lumière et ses bras alternant en cadence un mouvement d’appel vers le ciel, puis vers l’eau généreusement brassée. Ce qui retenait particulièrement l’attention, c’était la magnifique cambrure de ses reins d’une blancheur exceptionnelle, fragile esquif d’albâtre ballotté sur les eaux saumâtres

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’ingénue des Folies Siffait”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Patrick de Rénac

Après une carrière classique dans la haute Administration, quelques grandes entreprises et dans l’enseignement du Droit et de l’Économie politique, l’auteur, un beau matin, a rangé ses crayons et ses dossiers, fermé la porte derrière lui et s’est installé comme écrivain public, à Nantes. Il y a rencontré les vraies gens avec leurs vrais problèmes et s’est exercé aux lettres d’amour et aux plaidoiries de l’ancienne justice de paix, dite aujourd’hui de proximité. Il en a tiré de belles leçons de vie et d’amour, qui lui ont inspiré quelques romans, dont ce policier truculent.