L’enfant des poubelles – le cri des autres -Tome III

7.99 18.90 

Dans ce dernier opus du Cri des autres (Le cri des autres, Entre champs et bitume, éditions Sydney Laurent), l’auteur nous livre ici son recueil le plus noir, même si la lumière est toujours là. Cet Enfant des poubelles est une véritable confession, qui clôt de manière bouleversante et profonde, avec cette écriture qui lui est propre, sa trilogie poétique. Un recueil très fort et très intime, où l’auteur se met totalement à nu.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Oui, je le sais, mon amour,
abreuve-moi de mensonges,
j’ai besoin de croire encore un peu,
croire à ce qui n’est pas,
besoin de fuir encore un peu la vérité,
parce que, tu sais, moi, je ne suis pas prêt,
le chien grogne toujours quand il voit du nouveau,
quand on bouscule ses habitudes,
et je sens dans mes veines ces baisers que tu caches
me brûler les cellules comme une peinture orange,
une chimio de la vie,
le dernier protocole qu’il me faut essayer
pour me guérir de toi.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’enfant des poubelles – le cri des autres -Tome III”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Pascal Depresle

Pascal Depresle est né le 15 octobre 1966 à Montluçon. Passionné de lettres et d'écriture, son parcours chaotique l'a amené à traverser la France durant 30 années passées comme manager dans le monde du transport, et à s'enrichir de toutes ces cultures et rencontres de gens authentiques attachés à leur terroir. Après un accident de la vie, cet auvergnat passionné éclectique de musique et de littérature, tels Fallet, Faulkner ou la poésie du moyen-âge comme Brel, Brassens ou Eric Clapton, s'est lancé un nouveau défi, un nouveau projet de vie, qu'il tente de relever aujourd'hui, défi où l'écriture est partie prenante. "Du plus loin que je me souvienne, dès que j'ai pu tenir un crayon, j'ai su que c'était pour la vie" avoue-t-il.