Le vol du Van Gogh

9.99 19.90 

Quand Emy apprend le décès de son beau-frère, elle constate que le tableau de Van Gogh a disparu. Un vrai ? Un faux ?

Avec acharnement, encouragée par son amie Louise, elle veut s’employer à découvrir la vérité. Une mission, s’avérant délicate, au cours de laquelle de nombreuses embûches sèmeront le doute sur sa route.
Finira-t-elle par dénicher la vraie raison de ce vol ou devra-t-elle reconnaître l’engouement d’une pure imagination ?
Un drame terrible va bouleverser sa vie, alors comment continuer à vivre après ça ? Sa vie amoureuse en verra aussi de toutes les couleurs. Mais volontaire, battante, Emy ne lâchera pas si vite sa proie.

 

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Ensemble, nous essayâmes de nous remémorer la représentation de cette toile. Chacun de nous donnait les détails de nos souvenirs, « un grand soleil », « Oui, un soleil au fond d’un champ mauve », « de la lavande, peut-être », « possible » ! « Puis, un homme en plein milieu » et petit à petit le dessin nous revenait. Le tableau coloré nous rappelait nos vacances en Provence, c’était la vraie raison de notre souvenir. En fait, ni lui ni moi ne portions un intérêt quelconque à ce tableau, il faisait simplement figure de l’ensemble depuis un bon bout de temps.

― Bizarre, mais sûrement sans valeur ! pensa Benoit, à mi-voix.

― Mais, il me semble l’avoir encore vu… il y a quelques semaines ? Non ?

― Sûrement ! Mais, que diable aurait-il fait de cette toile ? Pourquoi Franck l’aurait-il enlevée ?

― Elle était là depuis longtemps ? Tu t’en souviens ?

― Je me rappelle. Il y a des années de ça, le tableau venait d’une comtesse que maman appelait Henriette, une vieille dame atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle est morte environ deux ans et demi avant le décès de maman. Ma mère l’avait bien connue et elle l’avait aidée régulièrement dans de menus travaux. Surtout à la fin, quand la maladie avait fait rage. En retour des services, financièrement, la comtesse l’aidait à arrondir sa petite pension de veuve. Ah oui ! Je me souviens maintenant, la comtesse lui avait offert le tableau, peut-être même aussi, deux ou trois autres, comme des remerciements. La comtesse distribuait ci et là ses biens ! Sans aucune valeur, Emy !

Je remarquais le sourire éclairant le visage qu’arborait Benoit en repensant à la dame malade. Effectivement, que pouvait représenter cette toile aux yeux de la démente ? Vraie ou fausse, elle était incapable de distinguer la différence.

En quelques minutes, l’atmosphère changea de couleur. Nous nous plongeâmes dans les souvenirs et mon mari me parla de la fierté éprouvée par sa maman en recevant ce cadeau qu’elle trouvait absolument splendide. Il m’expliqua en détail de petites anecdotes enjouées de ce moment-là, même vestimentaires. En rentrant chez elle ce jour-là, elle avait accroché le tableau tout de suite dans sa chambre. Totalement ignorante concernant la finesse des œuvres d’art, ma belle-mère l’avait trouvé très beau et coloré à son goût. Tous les jours, elle le regardait en détail, sans posséder le moindre goût artistique. « Je l’aime beaucoup », disait-elle.

Quant à moi, la mémoire me revenait, je gardais précisément en tête la fameuse toile, car il s’agissait d’une copie du célèbre tableau « Le semeur au soleil couchant » de Vincent Van Gogh.

**************

Avec un sourire plus volontaire aux lèvres, je me retournai vers lui, plus détendue et je sortis une phrase que je ne me crus pas capable d’exprimer devant lui :

― Un voleur est venu dérober un tableau chez mon beau-frère. Je voulais savoir si tu savais quelque chose concernant ce vol.

― Un tableau ? Laisse-moi rire, Emy. Tu sais à qui tu parles ? C’est mon métier de m’occuper des œuvres d’art ! S’il y avait eu la moindre valeur dans la maison de Franck, je serais le premier à l’avoir remarquée. De quel tableau parles-tu ?

Quoi… ? Sous-entendit-il qu’il y avait plusieurs tableaux chez Franck ? Cela pourrait répondre à la question de Louise !

— « Le semeur au soleil couchant » de Vincent Van Gogh. Si tu travailles au musée et comme tu le dis si bien, c’est ton métier, tu as dû le voir… sur le mur gauche dans la chambre à coucher de ma belle-mère.

Je parlai vite et fort, me permettant de prendre de la distance avec David qui s’approchait encore de moi.

Lorsque j’osai lancer un coup d’œil furtif par-dessus mon épaule, je remarquai qu’il me regardait avec insistance et avec un sourire volubile. Son attitude me parut pourtant rassurante, mais sans pouvoir me l’avouer. Avec son côté séducteur, il resta là, planté devant moi, comme une statue. Je devinai la lourdeur de ma présence pesant probablement sur ses épaules

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le vol du Van Gogh”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Milly Major

Dès sa plus tendre enfance, Milly MAJOR, née en Flandres, invente des histoires qu'elle raconte sans modération à ses frères et sœurs. Plus tard, c'est naturellement à ses proches, enfants et petits-enfants, qu'elle a transmis son goût de narrer des histoires. Après une vie professionnelle bien remplie, elle prend la liberté de rendre publics ses personnages, tout droits nés de son imaginaire. De nature joyeuse et volontaire, elle choisit l'exercice difficile d'écrire dans sa langue d'adoption et cherche à exploiter, dans des romans d’aventures, les richesses de la langue de Molière. Son envie de partager sa créativité, reste pour Milly Major, sa motivation première pour l’écriture. Écrire est pour elle un acte solitaire et partagé, dans lequel elle se sent parfaitement en cohérence avec le jaillissement et les rebondissements de la vie.