Le triptyque du vieux massif

10.99 

Roman à tiroirs, où le lecteur pourra essayer de devancer les révélations, Le triptyque du Vieux Massif entremêle trois histoires de chronologies et de tonalités différentes, de la bouffonnade au polar en passant par la narration formelle, avec l’ambition de raconter la difficile préservation d’un mode de vie rural et bon enfant.
Un cuisinier qui sublime son art, un photographe de père inconnu qui « bade » une journaliste accidentée de la vie, un entrepreneur qui affronte une période difficile… Ces intrigues semblent d’abord indépendantes, mais il s’agit bien de la même contrée pastorale, le Caneyron, au-delà des spécificités d’une bourgade, d’un village ou d’une ville, et finalement pour l’essentiel des mêmes personnages, qui connaîtront des fortunes diverses au changement de millénaire, lorsque les trois histoires se rejoignent, comme la Doire et son affluent la Cruyère à Douribieires.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Constatant le retour des invendus dans sa boutique, Michel Fascagat comprit que la tendance s’inversait, et il l’attribua d’abord au changement de tenue de Rose, qui arborait désormais l’un de ces tee-shirts trop bavards et ras de cou, ainsi qu’un jean. L’embellie n’avait duré que quelques jours. L’attrait de la nouveauté ne faisait plus son effet. Il fallait de nouveau réfléchir à l’avenir.

Puis il eut vent des initiatives prises par ses concurrents, et il alla les vérifier de visu. Pendant que Rose assurait ses deux heures matinales, il prit lui-même un café et un croissant sur le devant de porte des Guibert et vit entrer et sortir des amateurs de pounti. Il interpella la Guiguite qui prenait laborieusement le chemin du retour vers chez elle, certain de trouver une interlocutrice de bonne volonté :

« Alors, comment il est, ce pounti ?

— Comme à la maison ! »

Michel Fascagat savait qu’il n’existait pas de plus beau compliment à La Vialle.

Une partie des habitants, ceux qui étaient devenus paresseux au fil du temps ou à l’occasion d’un changement de génération, éprouvaient néanmoins la nostalgie de l’époque où ils avaient le courage… de tuer le cochon, en passant emmitouflés quelques journées d’hiver dans leurs maisons qu’ils arrêtaient de chauffer le temps de disposer de l’ensemble de la viande… de cueillir les mûres en fin d’été au cœur des ronces, chaussés de bottes à cause des vipères, pour en faire la confiture… de tourner jusqu’à s’en faire mal au bras, dans un faitout, ce qui deviendrait la pâte de coings.

« Donc, vous me le recommandez ?

— Sens-moi ça ! »

 

 

 

 

 

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le triptyque du vieux massif”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Didier Courtine

Né en 1958 à Aurillac, et parce que premier de classe, Didier Courtine suit inévitablement des études scientifiques. Il devient ingénieur et fait carrière dans un grand groupe énergétique. Il écrit pourtant, occasionnellement. Il propose un roman, Sur la piste des ordures, au prix du Quai des Orfèvres, ce qui lui vaudra la commande d’un essai sur le traitement des déchets ménagers, Décharge proscrite (Economica, 1996). En 1998, il concourt au prix Olivier de Serres sur le thème « Le monde rural, hier, aujourd’hui, demain » et se classe deuxième avec Le Buron des gentianes. En mars 2017, il anticipe la sortie de sa vie professionnelle pour se consacrer à une passion trop longtemps refoulée. Marié, père de deux filles adultes, deux fois grand-père, il vit à proximité d’Aix-en-Provence.