Le coeur et la mémoire

9.99 21.90 

-1961- A travers le pays en guerre l’auteur nous fait découvrir ou nous remémore la richesse et la magnificence des paysages d’Algérie et de son sahel natal.

Effacer
UGS : N/A Catégories : , Brand:

Description

-1961- A travers le pays en guerre l’auteur nous fait découvrir ou nous remémore la richesse et la magnificence des paysages d’Algérie et de son sahel natal. D’Alger à Mostaganem, de Blida à Bône, d’Oran à Bougie en passant par Djidjelli, Aïn-Taya, Bône, Zéralda, Koléa, Relizane, Mascara et Sidi-Bel-Abbès, il exalte le courage et la force des premiers colons et des pionniers envoyés par la France pour défricher, peupler, et ensemencer ce « pays de Barbarie », abandonné depuis l’ère Romaine aux ronces et aux bêtes sauvages. Il glorifie l’ardeur des combattants français qui, en 1830, mirent fin par leur victoire héroïque à la piraterie barbaresque et à l’esclavage en méditerranée ainsi qu’à l’oppression ignominieuse des populations indigènes analphabètes, asservies par le pouvoir médiéval Turc. Il évoque et témoigne de l’effort titanesque de la France qui, en 132 ans, construira avec la participation de tous un pays moderne et démocratique d’où émergera un peuple uni et solidaire qui se mobilisera et se dressera comme un seul homme pour libérer la mère patrie du joug nazi. Il rend un hommage vibrant à l’Armée d’Afrique qui libéra la France occupée, associée aux anglo-saxons et à ses 115 000 tués, disparus ou blessés.

Il met en lumière la flamme patriotique d’hommes et de femmes qui s’opposeront avec leurs moyens, légalement ou illégalement à la politique et à l’acharnement d’un gouvernement dominé par un seul homme, jusqu’à l’abandon final, dans des conditions honteuses, de cette province française et de sa population. Parallèlement, José Yvars nous accompagne de son histoire personnelle, modeste et touchante mélangeant amour, amitié et devoir et qui sera comme des milliers d’autres, balayée par le vent de l’histoire. Il nous livre en exclusivité le récit véridique de l’après Putsch et l’exfiltration audacieuse et restée secrète des Généraux Salan et Jouhaud du camp de Zéralda au nez et à la barbe des forces gouvernementales et nous relate l’émouvante période du « dernier printemps » de l’Algérie Française, son agonie et sa mort.

Informations complémentaires

Poids 0.200 kg
Auteur

Version

,

ISBN Livre

ISBN Ebook

Format Livre

1 avis pour Le coeur et la mémoire

  1. olivier tovagliaro

    Bonjour José,

    Votre témoignage semble des plus intéressants pour la compréhension de l’histoire de ce pays au travers les 132 ans de colonisations. Après lecture du résumé et de la préface, il me tarde la sortie de votre ouvrage.

    Bien à vous.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP_Term Object
(
    [term_id] => 1751
    [name] => José Yvars
    [slug] => yvars
    [term_group] => 0
    [term_taxonomy_id] => 2242
    [taxonomy] => product_brand
    [description] => José Yvars est né en 1941 à Koléa, au cœur de Sahel Algérois, mais c’est à Zéralda qu’il passera son adolescence et sa jeunesse entre collines rayonnantes et mer Méditerranée. De l’école primaire au lycée Ben-Aknoun il côtoie Espagnols, Italiens, Juifs, arabes et kabyles .

En 1961, à vingt ans il rejoint les tirailleurs à Relizane, sert son pays dans l’Ouarsenis et les steppes d’Oranie et assiste impuissant à la décomposition de son pays.

A sa libération il se fixe à Paris et se spécialise en informatique dans les assurances, se marie et fonde une famille. Puis il rejoint le Vaucluse et l’industrie alimentaire et enfin la Corse où il crée une entreprise familiale qu’il léguera à ses enfants avant de se retirer en Provence.
    [parent] => 0
    [count] => 1
    [filter] => raw
)

A propos de l'auteur : José Yvars

José Yvars est né en 1941 à Koléa, au cœur de Sahel Algérois, mais c’est à Zéralda qu’il passera son adolescence et sa jeunesse entre collines rayonnantes et mer Méditerranée. De l’école primaire au lycée Ben-Aknoun il côtoie Espagnols, Italiens, Juifs, arabes et kabyles . En 1961, à vingt ans il rejoint les tirailleurs à Relizane, sert son pays dans l’Ouarsenis et les steppes d’Oranie et assiste impuissant à la décomposition de son pays. A sa libération il se fixe à Paris et se spécialise en informatique dans les assurances, se marie et fonde une famille. Puis il rejoint le Vaucluse et l’industrie alimentaire et enfin la Corse où il crée une entreprise familiale qu’il léguera à ses enfants avant de se retirer en Provence.