Le Cadeau de soie – Le Satané Mensonge

7.99 16.90 

L’écriture de ce livre couleur gitane puise sa source dans le sud de la France et les Pyrénées-Orientales. Originaires du même quartier de Perpignan, deux femmes en désarroi extrême ne se connaissent pas. Malgré des vies et une condition sociale que tout oppose, elles vont étonnamment se rencontrer à l’hôpital nord de la ville. L’une pleure la santé fébrile de son enfant qui ne guérit pas. L’autre ne trouve plus le sommeil depuis la perte de son bébé. Qui donne et qui reçoit dans l’échange qui se noue ? La femme pauvre à la riche ou la riche à la pauvre ? Un pacte d’adoption est signé, non sans déchirure. Une coutume courante, déjà au Moyen Âge, entre gens du voyage, associés aux prédictions de bonne aventure et aux boules de cristal, et châtelains argentés cherchant à conjurer le destin d’une absence de descendance. C’est ainsi que la petite fille, arrachée aux siens, bascule dans un autre univers. Ce mardi 11 mars 1930, Fernande Solès, dix-huit mois, devient chez le notaire Renée, Yvette, née de l’Audois Gabriel Noy et de la Florentine Clara Incerti. Pendant quelques années, la famille adoptive et la fillette vivent dans le bonheur quand, soudain, à l’orée de l’adolescence, la vie rêvée perd soudainement de son éclat : de l’armoire au secret surgit malencontreusement le mensonge maquillé. Rien ne sera plus comme avant.

Une histoire vraie, aux rebondissements inattendus, qui me propulse, moi, héritière de sang, vers l’inconnu de mes racines. Se débobine et se rembobine le temps… de la nuit des temps vers la lumière. Non, maman, tu ne mourras pas tout à fait !

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

EXTRAITS DU LIVRE

Abracadabra ! Le notaire se costume en fakir,

D’un zigzag au stylo entendu assouvit le désir.

S’engage le traité officiel d’un commun accord.

L’embarcation tout entière change de port.

Se transvasent les empreintes, les racines.

Se camouflent la vérité, la combine.

Dès à présent, mère et fille se délacent.

Le mardi onze mars 1930, presque plus de traces.

Sur l’acte de naissance raturé,

Comme un objet d’art falsifié,

Renée, Yvette, devant Fernande raye tout.

*********

Emportée dans une tornade, un énorme roulis de vagues me submerge. À fleur de cœur, je suis à fleur de cœur. Tous mes chakras tremblent, traversés par des ondes qui défient le cosmos, qui chamboulent hier et aujourd’hui à une folle vitesse, entremêlant rêves et certitudes à graver dans un livre d’histoire. Les Pyrénées, Perpignan et au-delà…

Tendez vos yeux.

*********

L’armoire au secret.
L’armoire… Un papier glissé entre les draps, une main hasardeuse pour l’amener vers soi, une avidité de savoir, d’en savoir plus.

**********

« Ô Toi, réservoir des souvenirs !

J’ai tant cherché à te remplir,

À remonter le cours du temps.

Hier, raccroché au présent.

Puisque la presque vérité se dévoile,

Je vais pouvoir peindre ma toile.

Merci, vraiment merci. »

Débobine et rembobine le temps, de la nuit des temps vers la lumière.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le Cadeau de soie – Le Satané Mensonge”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Marie-Claire Arnould

Marie Claire Arnould est née le dimanche neuf décembre 1951 dans les Pyrénées-Orientales, à Perpignan. Issue d’une mère musicienne au foyer et d’un père médecin, elle est la première d’une fratrie de trois et grandit dans le Conflent, dans une alcôve du Canigou, à Vernet-les-Bains. Elle poursuit ses études à Toulouse, obtient son diplôme d’enseignante maternelle en 1970 avant de vivre dans l’Isère. Elle donne naissance à Stéphanie le 20 février 1977 et débute sa carrière en tant qu’éducatrice de jeunes enfants dans une crèche municipale à Saint-Martin-d’Hères. Passionnée par les thèmes de l’apprentissage et de la parentalité, elle devient formatrice en éveil musical, intervenant désormais également auprès des professionnels et des parents. Elle donne un nouveau départ à sa vie en se remariant, puis son projet de revenir « au pays » se réalise à la retraite et prend la forme de « La Soleria », la maison du soleil et du ruisseau qui glisse le long des prés, la maison des petits bonheurs qui parfument le quotidien partagé avec sa famille de sang retrouvée.