La planète des fleurs

9.99 20.90 

Bang, coopérant reconnaissable à sa peau bleue comme les habitants de la planète Ent’Fernerh, arrive sur Ent’Ter pour rejoindre une station agricole.
Là, il se rend compte que les indigènes, les Blancs, ne sont pas aussi stupides que le disent ses collègues. Il découvre aussi l’amour avec Aneis, femme
d’un expatrié qui elle, nepartage pas le racisme courant chez ses compatriotes. Bang devra choisir entre ses ambitions scientifiques et son amour, entre sa carrière
et Anaeis.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Posant le pied sur la passerelle, Bang pénétra dans la chaleur comme on change de monde. Il s’arrêta net, presque assommé. Soudain étouffé par l’air qui lui semblait en feu, aveuglé par la lumière, il trébucha et se rattrapa de justesse à la rambarde brûlante. Il ferma un instant les yeux pour tenter de se protéger des rayons féroces qu’il sentait le transpercer, pour tenter d’oublier l’air en fusion qui pesait sur ses épaules, presque palpable à force d’être chaud. Il lui fut pénible d’ouvrir à nouveau les paupières. Au- dessus de lui l’astre primaire était posé tout près, embrasant le paysage dans un flamboiement jaune, calcinant les êtres et les choses de son haleine de four, maître incontesté de cette planète en feu, si différente de la terre de glace d’où il arrivait.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La planète des fleurs”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Renaud Fortuner

Renaud Fortuner est un biologiste qui a débuté sa carrière en Afrique dans les années 1970, d'abord en tant que coopérant à l'IRAT, en Casamance, puis dans les laboratoires de nématologie de l'ORSTOM à Dakar et Abidjan. Auteur de nombreux articles et ouvrages scientifiques, il a voulu tirer parti de son expérience africaine pour proposer un roman visant à montrer, après tant d'autres, la stupidité du racisme primaire