La légende berbère – la lame du peuple – Tome 2

7.99 16.90 

L’inspiration de la légende me vient d’un proverbe tout aussi légendaire, lequel dit :
« quand il y a un homme digne de régner sur le peuple on le tue », certains pensent
que cela est de la jalousie, d’autres répondent que c’est une malédiction. Moi je
suis parmi ceux qui disent que cela est une malédiction. Comme dans la vie tout a
une fin, aujourd’hui les âmes de nos ancêtres parlent, à travers cette légende et
nous racontent la malédiction qui a envoûté le peuple Amazigh et qui arrive à sa fin !
Le Tome 1 « la légende berbère » nous raconte comment, Djarra la Reine du
mal, après avoir échoué dans son projet d’épouser le prince Ugoor, qui quelques
années plus tard devint Roi, décida de se venger, en prenant l’âme du fils du roi et
en jetant un sort à son royaume. Le roi Ugoor dut affronter trois épreuves dans
lesquelles il échoua.
Ce livre se passe un siècle après, quand naît une princesse descendante du roi
Ugoor, dont la destinée sera de libérer le peuple Amazigh. Une lame à neuf branches
devra être forgée puis trempée dans le sang du peuple Amazigh. Ce livre nous
raconte la quête que devra mener la princesse ainsi que le peuple Amazigh durant
19 ans et 356 jours pour réunir les neuf jarres magiques qui devront être remplies
du sang du peuple.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Brand:

Description

Durant six jours de bataille, plusieurs d’entre elles trouvèrent la mort…
Sept jours se sont écoulés et les sept finalistes entrèrent au Palais, chacune d’elles portant la tête de son adversaire à la main. Simta, la sorcière la plus dévouée de Djarra, lui annonça que les sept meilleures sorcières étaient rentrées au Palais avec les têtes de leurs adversaires
*********
Zima arrive devant le deuxième portail.
Sans hésiter, elle entra. Émerveillée par la beauté des lieux, elle avança et aperçut des humains avec des têtes d’animaux !
Certains lui souriaient, d’autres la regardaient avec méfiance. Soudain, deux lapins de la taille d’un homme s’approchèrent d’elle et l’invitèrent à monter dans un carrosse d’or orné de fleurs et tiré par une tortue.
Zima y monta. Et en quelques instants, elle franchit un troisième portail. Là encore, elle fut émerveillée par la splendeur des lieux, des fleurs d’une beauté fascinante et des arbres fruitiers à profusion. Elle arriva devant un château et les lapins lui prièrent de descendre. Elle fut conduite dans une grande salle… des murs d’or et de diamants… des serviteurs dans tous les coins… une immense table garnie de bonnes choses et deux chaises à chacune des extrémités.
***********
Voilà, bien avant la naissance de ma fille, un vieux Sage est venu me voir pour me prédire, que j’aurai une fille. Sa naissance sera l’espoir du peuple Amazigh et elle pourra rompre la malédiction. Depuis sa naissance à ce jour, je me cache, de village en village, grâce à l’aide de mon peuple dévoué, qui m’a permis de survivre jusqu’à l’arrivée de la Sagesse. Celle-ci m’a ramenée dans cette maison magique, qui se trouve dans le vide, entre ciel et terre, et qui se situe loin de la falaise. Personne ne peut la voir ni l’atteindre. Seuls l’Amour et la Sincérité peuvent la trouver, comme toi, grâce à ce bout de tissu de l’écharpe du Roi Ugoor.
***********

Dans les montagnes d’OZOR, Djarra, suite à sa défaite, sut qu’il était trop tard. La princesse est en sécurité dans la maison de la Sagesse. Pour éviter que la prophétie se réalise, seule lui restait la possibilité d’empêcher les sorcières d’aller récolter le sang du peuple.
************

De l’autre côté dans la petite maison, le soleil commençait à se lever. Soudain, le petit grain de la jarre de Zima s’illumina. Zima ne voyant pas Imda arriver, rassembla par sécurité les jarres pour les fusionner avec la sienne, et la mit derrière son dos. Elle sortit l’épée de son étui, et dit aux autres :
— Soyez prêtes ! Dès qu’Imda nous fera signe, il nous faudra sortir au plus vite. Vous le savez, la première goutte de sang du peuple doit être déposée dans l’une des jarres avant minuit.

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

,

Format Livre

ISBN Livre

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La légende berbère – la lame du peuple – Tome 2”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Mokrane Ait Lounes

Mokrane AIT LOUNES est poète, écrivain et philosophe, autodidacte, auteur, compositeur, chanteur et illustrateur. Né le 4 juillet 1949 dans un village aux pieds des montagnes du Djurdjura en Kabylie. Son père, à sa naissance, a immigré en France. L’auteur vivait seul avec sa mère dans un pays en guerre et dans la misère. À son arrivée en France, il n’a pas pu être scolarisé, car il ne parlait pas un seul mot de français. Ce fut pour lui une grande déception. Cette déception a donné naissance à un blocage, qu’il aime résumer par une maxime présente dans son livre. Au départ, il écrivait des poèmes et des réflexions ayant pour thèmes les départs en retraite, les naissances ou les mariages. Puis il a commencé à écrire son premier livre : « L’Amour, la Haine et la Souffrance ». Chaque midi, avec Madame Le Bon, il mangeait vite afin d’avoir un peu de temps pour écrire une page ou deux. Cela lui a pris plus de deux ans pour écrire le premier volume de « l’Amour, la Haine et la Souffrance ». L’auteur, ensuite, n’a pas pu arrêter d’écrire.