La fille sur les photos

9.99 

Charlie, orpheline, vit dans des familles d’accueil jusqu’à son adolescence où, confrontée à une violence inattendue, elle fugue. Commence alors pour elle une année de cavale, aidée par ses deux seuls amis et grâce à la force de son caractère rebelle. Mais un jour, sa grande beauté l’amène à faire une rencontre qui va changer sa vie de fuyarde et bouleverse d’autres vies que la sienne…

Effacer
UGS : N/A Catégories : , Brand:

Informations complémentaires

ISBN Ebook

Version

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La fille sur les photos”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP_Term Object
(
    [term_id] => 8350
    [name] => Martine Thorre-Gachet
    [slug] => martine-thorre-gachet
    [term_group] => 0
    [term_taxonomy_id] => 8515
    [taxonomy] => product_brand
    [description] => L’auteure a toujours écrit, son père imprimeur, a imprimé son premier roman à 12 ans. Elle attendait d’avoir du temps pour venir à bout de ses projets d’écriture. Ce temps est arrivé puisqu’elle ne travaille plus et que ses trois enfants se sont envolés.
C’est son troisième roman. Elle y aborde le sujet de la cause des femmes en général, la précieuse liberté de penser, d’agir en étant autonome financièrement pour ne dépendre de quiconque. Une fois cela acquis, le champ des possibles s’élargit… Elle y parle aussi d’amour maternel, mais aussi de celui qui fait mal souvent mais qui peut être parfois magique…

    [parent] => 0
    [count] => 1
    [filter] => raw
)

A propos de l'auteur : Martine Thorre-Gachet

L’auteure a toujours écrit, son père imprimeur, a imprimé son premier roman à 12 ans. Elle attendait d’avoir du temps pour venir à bout de ses projets d’écriture. Ce temps est arrivé puisqu’elle ne travaille plus et que ses trois enfants se sont envolés. C’est son troisième roman. Elle y aborde le sujet de la cause des femmes en général, la précieuse liberté de penser, d’agir en étant autonome financièrement pour ne dépendre de quiconque. Une fois cela acquis, le champ des possibles s’élargit… Elle y parle aussi d’amour maternel, mais aussi de celui qui fait mal souvent mais qui peut être parfois magique…